BÉNIN24 TÉLÉVISION
Toute l'actualité en continu et en temps réel

16 mai 2019 – 8ème législature : le requiem de la démocratie béninoise

La lumière ne poindra plus comme l’aurore sur la démocratie béninoise. Le système partisan devient un schéma bicaméral biaisé et trompeur avec deux partis nés de Patrice Talon et désormais à sa solde pour de basses œuvres… Un autre jour s’est donc levé, dans le sens négatif de l’histoire. Demain, c’est le 16 mai 2019, jour d’installation de la 8ème législature.

Le Parlement béninois inaugure la 8ème législature. De ce fait, le Palais des Gouverneurs accueille 83 députés. Mais contrairement à leurs prédécesseurs, ils sont chloroformés par leur illégitimité.

En effet, ils ont été élus au terme d’une échéance électorale qui relève d’une manœuvre dilatoire. Les législatives qui ont consacré ces 83 députés n’ont pas été inclusives. Au nom de lois liberticides et au gré des manigances des hommes de main de Patrice Talon, le processus électoral a été verrouillé.

Et en dépit de toute la pression de vaillants femmes et hommes du Bénin qui ont bravé l’autoritarisme pour protéger notre totem, notre héritage, ce bien à tous qu’est la démocratie, les législatives n’ont opposé que les deux formations qui brandissent le pennon de Patrice Talon. Il s’agit de l’Union progressiste et le Bloc républicain.

Et le régime de la ‘’Rupture’’ vomie par le peuple et qui avait une occasion en or pour le sanctionner en lui infligeant une douche froide lors de ces législatives n’a pu parvenir à sa fin.

Les 83 députés qui vont prendre fonction dès demain, n’ont donc aucune légitimité. Ne sont-ils pas là pour adopter des mesures fantasmagoriques ?

Enjeux

Avec cette 8ème législature, un boulevard s’ouvre pour le chef de l’Etat pour atteindre son objectif, celui de la ‘’monarchisation’’. Dans les conditions actuelles où toutes les voix discordantes sont étouffées, le projet de révision de la Constitution qui a lamentablement échoué par deux fois, est désormais en marche. Ainsi donc l’Assemblée nationale qui va s’installer devient de fait une chambre d’inquisition pour mater le peuple béninois.

Et nous voici face à la concrétisation du règne d’un empereur autocratique. La révision de la Constitution pour…est déjà en résonnance. En dépit de la dangerosité de ce qui se prépare, la mort pure et simple de la République a déjà commencé. Même la résistance populaire contre le saccage en règle de la Loi fondamentale ne pourra empêcher l’aboutissement du plan de Talon.

Le monarque (apprécié ou non), ne tient plus sa légitimité, car 27% de son peuple seulement ont voté pour les nouveaux députés. Mais par le cadre règlementaire, son régime tient une souveraineté de violence. Tout cela sera mis à contribution pour sa seule volonté de fonder un nouvel ordre ! Cela n’est pas sans rappeler les images pathétiques du couronnement de Jean-Bedel Bokassa, paré d’atours totalement anachroniques et hors contexte !

La pilule est difficile à avaler avec un mandat impératif de quatre ans strictement prohibé pour ces députés. Désormais, il faut que chacun comprenne de quoi il en retourne et le danger qui nous guette

Lourd tribut à payer

Avec la main mise sur le Parlement, plus de stabilité pour les institutions de la République déjà vassalisées. Alors plus de contrepoids efficaces à l’exécutif par le biais de puissants mécanismes. Le système représentatif qui exalte «L’esprit public» n’existe plus.

8ème législature, faut-il rester sous des tentes dignes que d’aller dans ce Parlement de déshonneur ? Loin du passereau, la solution de l’hirondelle qui offre un nid modeste où elle dépose ses petits… est mieux.

Par Titus FOLLY

 

Immobilier Bénin

ACTUALITÉS RÉCENTES

ACTUALITÉS RÉCENTES

LÉGISLATIVES 2019

LÉGISLATIVES 2019

CAN 2019

CAN 2019

1 COMMENTAIRE
  1. Seko dit

    Plutôt le requiem de la politique des voyous, de l’informel. Bande de menteurs!!!

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre adresse email ne sera pas publiée.