BÉNIN24 TÉLÉVISION
Toute l'actualité en continu et en temps réel

1ère session ordinaire 2019 de l’Assemblée : les députés absents

Invités à prendre part à la première session ordinaire au titre de l’année 2019 et conformément au règlement intérieur de l’institution parlementaire, les députés de la septième législature n’ont pas cru devoir répondre à l’appel du président de l’Assemblée nationale, Me Adrien Houngbédji. Ladite session n’a pas pu avoir lieu le vendredi 12 avril dernier faute de quorum, des 42 députés.

A l’intérieur de l’hémicycle, seulement sept députés sur les 82, le corps diplomatique, les présidents des institutions et autres personnalités morales ont répondu présents. Et la première session ordinaire n’a pu être ouverte ce vendredi 12 avril 2019.

Néanmoins, le président de l’Assemblée nationale en lieu et place de la cérémonie d’ouverture a procédé à un discours protocolaire. Me Adrien Houngbédji a laissé entendre que l’ouverture de la dernière session de la septième législature coïncide avec le début de la campagne des élections législatives.

Avec un ton ferme, la première autorité de l’institution parlementaire reste convaincue qu’une solution miracle est encore possible pour une élection inclusive. A l’entendre, le peuple béninois exige la préservation de la vitalité de sa démocratie et que les droits et les libertés chèrement acquis soient protégés.

Pour le président Houngbédji, le même peuple veut que les élections législatives soient inclusives. Il a pour finir ajouté que tout est encore possible.

Signalons que conformément au règlement intérieur de l’institution parlementaire, le président de l’Assemblée nationale, Adrien Houngbédji a renvoyé la session ordinaire à ce jour lundi 15 avril 2019 dans l’espoir que le quorum sera atteint.

Houngbédji sort de son mutisme et fait un service minimum

Disparu des écrans depuis la fumeuse réunion des présidents des institutions en date du 1er avril 2019, Adrien Houngbédji a rompu le silence. C’était à l’occasion de la première session du Parlement pour le compte de 2019.

Après avoir rappelé les points saillants du processus de consensus qui lui a été confié et qui a échoué, il s’est demandé si les députés ont déjà épuisé toutes les voies du dialogue ? Pour Adrien Houngbédji, c’est «NON».

Comme on le voit, sa ligne de défense s’est résumée en ces deux principes tangibles. Avec un ton ferme, la première autorité du Parlement est convaincue qu’une solution miracle est encore possible pour une élection inclusive.

En somme, cette service minimum qui ressemble bien à l’homme qui depuis trois ans a eu les mains liées par la ‘’Rupture’’

Par Brice TANDJI

ACTUALITÉS RÉCENTES

ACTUALITÉS RÉCENTES

LÉGISLATIVES 2019

LÉGISLATIVES 2019

CAN 2019

CAN 2019

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.