BÉNIN24 TÉLÉVISION
L'actualité en continu et en temps réel

2021, la série continue

Comme à l’ère du communisme où on a eu le procès de Prague, les procès politiques se multiplient ici au Bénin. Jeudi dernier, on a encore eu la preuve avec la condamnation politique. 2021 est proche et les porte-flingues de la ‘’Rupture’’ sont déjà en activité, prêts à abattre les ‘’gentils virus’’ de l’opposition. Pourquoi tremble-t-on avec des procès qui cadencent les paragraphes ? Analyse dans l’exercice de l’éditorial du jour.

2021 n’est plus loin et tout porte à croire qu’on a commencé par tuer les potentiels adversaires et candidats dans les crèches. Objectif de la ‘’Rupture’’, rompre les marques indubitables d’attaches de tous ceux qui peuvent être un handicap pour la victoire en 2021. Et pour cela, quand on identifie quelqu’un qui a un profil idéal, qui est génial, que le peuple se sent pousser des ailes pour sa gloire, le recours à l’argument pénal sans approche testimoniale, devient la solution. Et à quelques décades de 2021, des procès ‘’sans pièces à charge’’ contre les cibles se multiplient. Et l’histoire se répète depuis quelques temps avec farce. Car la politique reste de plus en plus trop méchante ici au Bénin avec ces procès qui ciblent et confondent adversaire en soi et adversaire pour soi.

Et avec ces procès politiques qui se multiplient de fil en aiguille, avec un régiment de juges en première ligne qui mettent crosse en l’air et condamnent, plus rien ne s’empare de la chose politique au sens noble. Plus rien n’accède aux grandes œuvres. Ce qui permet à l’opinion de comprendre et de percevoir les impasses et de découvrir les tromperies.

Dans le même temps, ceux qui ignorent la dimension de la démocratie pour leurs propres privilèges, jubilent. Il ne peut en être autrement, car sans candidat sérieux contre le champion du ‘’Bénin révélé’’, ils auront une élection version ‘’Nouveau départ ethnique’’, un remake de UP/BR pour un bide sidéral en somme. Ce n’est pas un procès d’intentions pour organisateurs de procès politiques.

En effet, pour 2021, tout porte à croire que les tenants du régime ont pour but d’examiner, de documenter et de juger. Ce qui donne crédit a priori à toutes les options même aux plus improbables pour dégager ce qui est conforme à leurs intérêts pour ce scrutin majeur à venir.

Il urge de rappeler que bien avant les procès politiques, on avait droit à la stratégie insidieuse. Cette dernière avançait des positions hardies pour ‘’abattre’’ des hommes politiques en lui arrachant leur parti avec la bénédiction des proches qui ont pactisé avec les hypnotiseurs. Ceux-ci, une fois dans la bergerie peuvent compter sur des ‘’zozos caudataires’’ qui accablent leur ancien leader avec les pires avanies.

Certains ex lieutenants ont poussé le bouchon loin tout en montrant que leur ancien leader est en définitive falot, sans consistance et que c’est bien à tort qu’on lui a accordé tant ce crédit. Et dans cette déstabilisation perverse, tout y passe. Avec cette campagne de déstabilisation, on n’échappe pas au couplet et autres fadaises des poncifs du régime Talon qui savent bel et bien remettre une louche et payer tribut aux bien-pensants de la stratégie de torpille.

Tout cela a une constante. Par tous les moyens y compris les procès politiques omniprésents. Objectif final, le pouvoir ne doit changer de mains en 2021. Mais on est loin du compte.

Par Titus FOLLY

Rejoignez-nous sur Facebook
Nous sommes aussi sur Twitter
Application Android

Disponible sur Google Play

 

Immobilier Bénin

ACTUALITÉS RÉCENTES

ACTUALITÉS RÉCENTES

ACTUALITÉS À LA UNE

ACTUALITÉS À LA UNE

CAN 2019

CAN 2019

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre adresse email ne sera pas publiée.