BÉNIN24 TÉLÉVISION
L'actualité en continu et en temps réel

Adhésion du Bénin au traité internationale de l’UPOV : Des députés réservés

La société civile agricole dénonce les plans de la ‘’Rupture’’ mais le gouvernement et la commission insistent pour sa ratification

L’examen du traité sur les obtentions végétales a été suspendu faute de consensus pour son adoption. Cette situation est due au fait que la majorité des députés craignent que la ratification de ce document exposerait notre pays à des dangers. Au nombre de ces derniers, il y a la protection des semences, l’invasion des produits alimentaires génétiquement modifiés sans oublier la grande concurrence qui compromettrait l’avenir des petits producteurs. Même Adrien Houngbédji, président de l’institution, après deux
tours de débats argumentés sur le vote ou non dudit traité a été réticent.

A l’instar du président Houngbédji, il faut noter la prudence de l’honorable Eric Houndété. Celui-ci n’est pas rassuré en ce qui concerne certains préalables àsatisfaire par notre pays avant la ratification de ce traité qui impose à en croire ses dires, des contraintes énormes.

Selon lui, c’est du lendemain de nos producteurs qu’il est question et en la matière, il faut aller avec prudence. Il sera soutenu par Nourénou Atchadé objectivement contre le vote du traité pour des raisons exprimées sous forme d’interrogations. « Les pays du nord ne vont-ils pas nous imposer leurs semences ? Qu’est-ce que le Bénin va finalement gagner si les semences locales ne sont pas prises en compte ? Pourquoi s’empresser d’aller à cette ratification si depuis 1990 les autres pays prennent leur temps ? Pourquoi leBénin ne va pas vers d’autres organisations dans le même registremais qui sont plus souples ? ».

Son collègue Arifari Bako, a extériorisé sa peur en concluant qu’il n’est point question d’offrir en holocauste nos
producteurs. Une position qu’il justifie par certaines contraintes du traité. Mais face à ses réserves qui vont dans le sens des inquiétudes émises par les producteurs et les organisations de la société civile, le représentant du gouvernement, le ministre Dossouhoui n’a pu convaincre les députés avec son argumentaire.

Cependant, en dépit de la tiédeur d’une majorité des députés à voter cette ratification, la commission du plan et le gouvernement ne sont pas du même avis et rassurent. Dans le rang des défenseurs de la ratification, il y a l’ancien ministre de l’Agriculture, Sabai Katé, car selon lui, il s’agit d’une belle opportunité à saisir.

Rappelons que le tandem gouvernement/commission estime que l’acte de 1991 portant sur la convention internationale relative à la protection des obtentions végétales, est de nature à mettre des variétés végétales à disposition des populations. Il a été signé à Genève le 19 mars 1991 et selon eux, présente plusieurs avantages pour notre pays. Il s’agit entre autres, de meilleurs rendements, l’accès aux marchés internationaux, la provision dessemences performantes, la hausse des exportations et la création de
nouvelles entreprises.

La société civile agricole dénonce le plan du lobby proche de Talon

Au même moment, les organisations du secteur agricole crient au danger et comptent sur le soutien des députés en majorité très sensibles à leur plaidoyer pour éviter le pire.

Selon eux, cette ratification est un calcul bien peaufiné à double objectif. D’abord, elle va permettre au lobby proche du chef de l’Etat, Patrice Talon d’asseoir davantage son monopole sur le secteur cotonnier. Ensuite, ce même lobby sur la base de ce texte installera dans un bref délai un autre monopole sur tout le maillon céréalier du Bénin.

C’est au regard de tout cela que les acteurs de la société civile agricole fustigent avec véhémence le texte qui n’est aucunement révolutionnaire mais qui ne vise qu’à renforcer les intérêts égoïstes des proches du pouvoir.

Christian AFFAME

Rejoignez-nous sur Facebook
Nous sommes aussi sur Twitter
Application Android

Disponible sur Google Play

 

Immobilier Bénin

ACTUALITÉS RÉCENTES

ACTUALITÉS RÉCENTES

ACTUALITÉS À LA UNE

ACTUALITÉS À LA UNE

CAN 2019

CAN 2019

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre adresse email ne sera pas publiée.