BÉNIN24 TÉLÉVISION
L'actualité en continu et en temps réel

Bénin – 100 jours déjà après les législatives : Patrice Talon, seul maitre à bord

Le scrutin du 28 avril 2019 a eu lieu, il y a exactement 100 jours. Depuis lors, Patrice Talon a davantage assis son contrôle sur le pays. Cependant tout n’est pas si rose pour lui, car de gros nuages s’amoncellent de plus en plus.

Son autorité est sans limite sur le Bénin. Sa puissance institutionnelle est encore sans limite. Sa faculté à soumettre son peuple est davantage incommensurable. Comme une escadre chargée d’or, Patrice Talon a dorénavant les coudées franches pour manoeuvrer. Ce n’est pas une surprise. Les élections législatives exclusives sont passées par là.

Tout à sa solde

En effet, depuis le scrutin contesté du 28 avril dernier, Patrice Talon est en mode ‘’pharaon’’. D’abord, il a réussi à avoir son Parlement bicaméral totalement à sa dévotion.

Et deux institutions de la République viennent de faire peau neuve et se sont mises en appendice pour le régime de la ‘’Rupture’’. Il s’agit de la Haute autorité de l’audiovisuel et de la communication (Haac) et du Conseil économique et social (CES). Elles viennent compléter le décorum des institutions déjà soumises. On peut citer la Cour constitutionnelle, la Cour suprême, la Haute cour de justice.

En somme, tout le pays est sous la bannière de Patrice Talon. Il a davantage les coudées franches, car il y a un cadre règlementaire totalement déphasé, une justice aux ordres et des forces de défense et de sécurité soumises pour agir en conséquence.

Des plans foirés

Tout en touchant des prises par son seul pouvoir qui intercepte les précieux…au sol, en l’air, partout… pourtant, rien, jamais rien, n’est totalement gagné d’avance pour lui. Et voici Patrice Talon dans les complications et les entraves d’autant plus que tout ne se déroule pas pour lui comme dans un ‘’jeu d’express roulette’’.

Son Parlement est voué aux gémonies. Le peuple souverain détenteur du pouvoir mais écarté et qui a boycotté à 73% le scrutin du 28 avril 2019 continue de réclamer la reprise des élections. Patrice Talon est conscient qu’il est de plus en plus assis sur un terrain de mines. D’où les scénarii en orchestration pour un adoubement international de son Assemblée.

Le dialogue qui a souhaité de toute sa force le 20 mai dernier dans une adresse officielle, peine à démarrer. En effet, Patrice Talon ne sait plus à quel saint se vouer entre médiation et dialogue par ses soins et bons offices du clergé catholique qui est venu avec sa bouée de sauvetage.

En outre, les mesures de décrispations sur le plan politique sont inefficaces. C’est le cas de son initiative de rétrocession des certificats de conformité des partis de l’opposition.

En effet, les 15 et 18 juillet 2019, les partis comme l’USL, le PCB, FCBE aussi bien à la présidence de la République qu’au ministère de l’Intérieur, ont déjoué la marche forcée rédhibitoire à eux imposée. C’est ainsi qu’ils ont rejeté sans aucune forme de procès, la marque des injonctions et des impératifs qu’on voulait leur imposer avant tout retrait de leur certificat de conformité. Et voici l’opposition qui chasse en meute et qui a déjoué un plan majeur de Patrice Talon.

Sans oublier que sur le plan social, l’heure est aux remous avec cette fameuse évaluation des enseignants contractuels. Tout ceci vient s’ajouter à une morosité économique qui perdure depuis trois ans.

Comme on le voit, face aux mécanismes politiques qui dévissent les objectifs séculaires de la démocratie, Patrice Talon en dépit des apparences trompeuses n’est totalement pas en territoire conquis.

Rejoignez-nous sur Facebook
Nous sommes aussi sur Twitter
Application Android

Disponible sur Google Play

 

Immobilier Bénin

ACTUALITÉS RÉCENTES

ACTUALITÉS RÉCENTES

ACTUALITÉS À LA UNE

ACTUALITÉS À LA UNE

CAN 2019

CAN 2019

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre adresse email ne sera pas publiée.