BÉNIN24 TÉLÉVISION
L'actualité en continu et en temps réel

Bois gabonais : au-delà des frontières

La filière bois est en plein essor et occupe une place de choix dans le paysage industriel gabonais. Depuis 2009, année de l’arrivée au pouvoir, du président Ali Bongo Ondimba, la filière bois est un parfait exemple qui montre la voie à suivre pour l’émergence de ce pays à l’horizon 2025.

La filière bois au Gabon, ce sont des statistiques indéniables. Le couvert forestier représente 22 millions d’hectares, soit 85% du territoire national gabonais. Il a un potentiel exploitable de 12,5 millions d’hectares, soit les 3/4 de la forêt gabonaise. Après le pétrole, c’est le second secteur pourvoyeur de devises pour l’économie.

Au niveau mondial, le Gabon fournit 8% du bois. Grâce au bois gabonais, de nombreux pays africains arrivent à faire face à leurs besoins. On peut citer des pays de l’Afrique de l’Ouest et ceux du Magreb. A ce jour, la filière gabonaise du bois est le 2ème secteur pourvoyeur d’emploi du pays après la fonction publique.

Le bois gabonais est d’une importance capitale pour l’économie nationale. C’est pourquoi, le gouvernement de ce pays et la structure Gabon Special Economic Zone (GSEZ) organisent depuis deux ans, le Gabon Wood show qui témoigne de la dynamique d’industrialisation de la filière bois. Objectif, soutenir des efforts du Gabon dans la gestion durable et la valorisation des essences forestières.

Et depuis deux ans, cette structure joue un rôle de catalyseur dans la montée en puissance de la filière bois au Gabon.

Gabon Wood show a initié un rendez-vous saisonnier des professionnels du bois. C’est une vision à long terme pour donner à cet évènement par le biais de la filière bois en Afrique, toutes ses lettres de noblesse.

Des atouts certains

La forêt, est une ressource incontournable au sein de l’écosystème régional. Elle est un réel atout économique pour le Gabon. En effet, second potentiel forestier d’Afrique, elle couvre 200 000 km2, soit 85 % du territoire gabonais, et compte plus de 400 essences d’arbres.

D’une richesse écologique inestimable, le potentiel marchand de la forêt gabonaise reste à développer. Il est aujourd’hui estimé à 400 millions de m3 (dont 130 millions de m3 d’Okoumé), la principale essence, mondialement réputée pour la fabrication de contre-plaqué.

Elle représente plus du quart des ressources. Des 400 essences recensées. 80 autres sont également exploitées, parmi lesquelles le Kevazingo, cette espèce dont la gestion calamiteuse a défrayé la chronique au Gabon ces deux derniers ans.

En effet, après avoir impulsé une nouvelle dynamique à la gestion du bois gabonais, surtout en ce qui concerne le Kevazingo qui est une espèce très sollicitée (ce qui a attisé l’appétit de certains hauts commis de l’État), le gouvernement de Ali Bongo s’est désormais inscrit dans la perspective de la «Tolérance Zéro». De ce fait, certains agents de l’Etat qui étaient les cerveaux pensants du trafic de cette espèce doivent rebattre les cartes. Et ils viennent de l’apprendre à leur détriment. C’est ainsi que des centaines de containers de ce bois parqués au port d’Owendo en attente d’exportation, ont disparu du jour au lendemain. Cela a déclenché une déferlante sur le plan politique, entraînant le limogeage de certaines personnalités de premier plan. (Suivez notre regard)

Conscient du désordre qui régnait dans ce secteur, le chef de l’Etat, Ali Bongo Ondimba, a nommé Lee White, ministre des Forêts, de la mer, de l’environnement, chargé du plan climat. Cet européen naturalisé gabonais, a mis sur pied un ensemble de réformes qui permettront de démanteler les réseaux.

Conscient de la portée économique de ce secteur important pour l’économie gabonaise, le ministre White, a décidé de faire de la transformation, un créneau porteur.

Dans cette perspective, le 20 juin dernier, il a inauguré une nouvelle usine de transformation du bois dans la Zone économique à régime privilégié de Nkok. Il a d’emblée indiqué à cette occasion, qu’il voit en cette inauguration : «…la matérialisation de la vision impulsée par Ali Bongo de transformer localement le bois gabonais».

Dénommée Nature Wood Gabon, la nouvelle usine est spécialisée dans le nettoyage, le déballage, le séchage et le déroulage du bois. Forte d’un investissement de 1,3 milliard de francs CFA, Nature Wood Gabon produira 15.000 m³ soit, environ 6.000 feuilles de bois déroulées par an, avec 150 emplois directs.

Par Esther Raimatou LARE, correspondante au Gabon

Rejoignez-nous sur Facebook
Nous sommes aussi sur Twitter
Application Android

Disponible sur Google Play

 

Immobilier Bénin

ACTUALITÉS RÉCENTES

ACTUALITÉS RÉCENTES

ACTUALITÉS À LA UNE

ACTUALITÉS À LA UNE

CAN 2019

CAN 2019

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre adresse email ne sera pas publiée.