BÉNIN24 TÉLÉVISION
L'actualité en continu et en temps réel

Chronique du jour – Ousmane Batoko : l’expérience au service de la justice

En matière de politique ou de questions politiques au Bénin, il fait indéniablement partie des têtes “Bien faites” qui depuis pas mal de temps et aujourd’hui encore participe et contribue activement et efficacement à l’édification du Bénin.

Je veux nommer Ousmane Batoko, l’actuel président de la Cour suprême du Bénin, que j’ai envie d’appeler “Ancien” sans trop pouvoir y résister; même si ses cheveux grisonnants voir blancs peuvent influencer cette tendance à l’appeler “Ancien” (Rires), je veux pour ma défense demander : Ne dit-on pas en Afrique que les cheveux blancs sont signe de “Sagesse” ? En fait, c’est spontané chaque fois que je pense à l’acteur politique qu’il est, à son parcours et à ses expériences professionnelles ! Et Dieu lui même sait qu’il y a de quoi en faire une chronique. (Sourire).

Je m’y mets donc et je vous propose pour y parvenir, de joindre l’acte à l’intention et de commencer par le début : En Juin 1970, Ousmane BATOKO est le 01er du Dahomey au Baccalauréat A4, puis quelques années après, il enchaîne comme un turbo les postes de responsabilités et les expériences politiques .(Attachez bien vos ceintures !).

En effet, de 1977 à 1981, il est chef de district (Sous- préfet) de Savalou, entre autres postes, il est nommé ministre de la culture, de la jeunesse et des sports (1985-1988), ministre de l’information et de la communication (1988-1990). À ce moment, en tant que ministre de la communication et membre du comité national préparatoire de la conférence des forces vives de la nation, Ousmane Batoko, a été le principal acteur de la retransmission en direct de l’événement sur les ondes de Radio Bénin. En 1998, il est ministre de la fonction publique du travail et de la réforme administrative.(Impressionnant parcours n’est-ce pas ?).

Et ce n’est pas encore fini parce que son parti politique le Fard-Alafia aussi l’a senti passer !(Je vous fait grâce des détails !) Et puis, si entre temps, l’homme a occupé plusieurs autres postes non moins importants que ceux dont nous avons fait cas ci-dessus, il faut rappeler que Ousmane Batoko est avant tout docteur d’État en droit public, (obtenu en juin 1992 à l’université Panthéon Assas Paris 2.),

Il est spécialisé en administration publique, gouvernance démocratique, démocratie locale et à la base, gestion des collectivités locales décentralisées, administrateur civil à la retraite, et professeur de droit public dans certaines universités du Bénin.Et puis, comme un couronnement d’efforts et de travail assidu et acharné est arrivé la nomination de président de la cour suprême et à ce titre, juge à la haute cour de justice.

Si le rôle de la cour suprême consiste entre autres à veiller au respect de la légalité en vue de l’enracinement de l’État de droit et de la consolidation de la démocratie, il faut dire que, installé pour un second mandat le 19 Avril 2016 à la tête de la plus haute juridiction de l’État en matière administrative, judiciaire, des comptes de l’État et compétente en contentieux des questions locales, Ousmane Batoko prend son rôle très à cœur puisque après avoir dressé un bilan plutôt satisfaisant de son premier mandat à la tête de la Cour suprême, a annoncé les couleurs de son nouveau mandat : “Les actions au cours du mandat qui ont commencé depuis quelques jours seront axées sur le rapprochement continu de la justice du justiciable et cela suppose un renforcement des infrastructures judiciaires, une revalorisation de la fonction juridictionnelle (…..)”.

Et je pense que je n’insinuerai rien si je dis qu’il fera les efforts qui s’imposent pour s’en tenir à cette déclaration. (Sourire).En tout cas, je me rappelle encore de la tournée que le président de la Cour suprême avait entrepris en Décembre 2018, pour non seulement s’enquérir de l’état des juridictions, centres de détention et de juridictions du mono mais pour également apporter s’il le faut, solutions et améliorations .Et également dans le Couffo pour une tournée d’inspection dans les juridictions et commissariats de police républicaine du dit département.

Une dernière information pour la route ? (Sourire).Le président BATOKO est foncièrement pour la lutte contre la corruption.Le 27 Août 2018, à l’occasion de l’installation du président de la Cour de Répression des Infractions Économiques et du terrorisme CRIET, Il affirmait que : “Ceux qui doutaient encore de la volonté de lutter contre les crimes économiques ont la preuve avec l’adoption de la loi sur la CRIET.” .

Pour l’essentiel que j’ai pu relater, je crois avoir tenu ma promesse à l’entame de cette chronique : “Il y a de quoi en faire une chronique.”. En plus, il mérite bien qu’on l’appelle “Ancien” ! Non? (rires).

En tout cas, il serait heureux et pratique que le parcours éloquent, riche et exemplaire de cet homme inspire plus d’un, afin que le Bénin d’aujourd’hui et de demain puisse compter sur des filles et des fils, sur des patriotes, dignes de le porter fièrement et de l’élever dignement ! C’est tout le mal que je peux souhaiter à mon cher pays le Bénin ! (Sourire). Qu’il en soit donc ainsi! Pour ne pas dire “Amen”!

Par Anita MARCOS

Rejoignez-nous sur Facebook
Nous sommes aussi sur Twitter
Application Android

Disponible sur Google Play

 

Immobilier Bénin

ACTUALITÉS RÉCENTES

ACTUALITÉS RÉCENTES

ACTUALITÉS À LA UNE

ACTUALITÉS À LA UNE

CAN 2019

CAN 2019

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre adresse email ne sera pas publiée.