BÉNIN24 TÉLÉVISION
Toute l'actualité en continu et en temps réel

Chronique du jour – Pascal Irénée Koupaki : une politique qui ne fait pas de bruit

S’appeler “Irénée” même quand c’est le deuxième prénom sur les papiers d’identité et dans la vie, peut quand-même influencer considérablement le comportement et la vie de la personne qui le porte.

En effet, “Irénée” vient du grec “Eirênê” et signifie “Paix”.

Généralement ,les “Pascal” quand à eux sont définis comme étant des personnes calmes et discrètes.

C’est le portrait de notre Pascal Irénée KOUPAKI national ,homme politique béninois, qu’on ne présente plus.

En effet, il s’est déjà fait distinguer par les différents postes occupés au sommet de l’État, par ses actions, mais également par un trait de caractère que d’aucuns qualifient de “Mystérieux”.

Pas plus tard que le 24 Janvier dernier, et dans la même logique, Anique Florence DJIMADJA, jeune auteure et femme politique béninoise, à travers la sortie de son livre “Pascal Irénée KOUPAKI l’énigme.” a essayer de percer l’intrigue.

Cet homme, qui se faisait appeler “Mécanicien en chef” lors des campagnes des élections présidentielles de 2016 (Soit dit en passant, il a été candidat à l’élection présidentielle de 2016 au Bénin et était 05 ème à l’arrivée de la course.) va encore plus surprendre plus d’un avec la valise “diplômatique” (Pour ne pas dire “diplomatique”) qu’il traîne derrière lui.

En effet, en matière de diplômes et d’expériences professionnelles, Pascal Irénée KOUPAKI n’a vraiment rien à envier à personne.

Entre autres expériences universitaires et professionnelles, il est diplômé en sciences économiques, option planification -économétrie en 1975 à L’université d’Abomey Calavi, il se spécialise ensuite en économie de développement ,planification, programmation et analyse de projet à l’université de Paris I Sorbonne. A Dakar, au Sénéga, il obtient au centre Ouest-Africain de formation et d’études bancaires son diplôme d’études supérieures bancaires et financières. Pour finir ,il y fait une spécialité, Monnaie et crédit ,banques et finances et théories macro-économiques.

Pour le compte des expériences professionnelles, économiste principal, chef du service des relations internationales, et chef du service des analyses monétaires à la direction centrale des études, à la Banque Centrale des États de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO), sont les différents postes qu’il y a occupé entre 1979 et 1990.

Alors que Alassane OUATTARA était gouverneur de la BCEAO, PIK y est successivement directeur, assistant du gouverneur, puis conseiller technique du président du comité interministériel de coordination du programme de stabilisation et de relance de la Côte d’ivoire.

Entre 1990 et 1998, il fut respectivement directeur adjoint de cabinet à la primature, directeur au secrétariat général de la commission bancaire de l’union monétaire Ouest-africaine à Abidjan, conseiller de Alassane OUATTARA, directeur général adjoint du Fonds Monétaire International FMI à Washington aux États-Unis.

De retour au Bénin en 1996 ,PIK est nommé directeur du cabinet de Me Adrien HOUNGBEDJI, premier ministre du Bénin sous le régime de feu Mathieu KEREKOU.

Deux années après ,il repart au Sénégal où il exerce les fonctions de représentant du gouverneur au conseil régional de l’épargne publique et des marchés financiers, de directeur des études, de conseiller du gouverneur, et de directeur du département des études économiques et de la monnaie.

Sur le plan politique et dans différents gouvernements du Bénin, il n’a pas manqué de faire ses preuves à partir d’Avril 2006, aux fonctions de ministre du développement, de l’économie et des finances, puis de ministre d’Etat chargé de l’économie, de la prospective, du développement et de l’évaluation de l’action publique, puis entre 2009 et 2011, ministre d’Etat chargé de la prospective, du développement, de l’évaluation des politiques publiques et de la coordination de l’action gouvernementale.

Après la réélection de Thomas Boni YAYI en tant que président de la République du Bénin en 2011, Pascal Irénée KOUPAKI est nommé premier ministre puis en Août 2013 n’est plus nommé à aucun poste dans le gouvernement du changement.

Après la sortie de son livret bleu “Ce que je crois, la nouvelle conscience ” le 26 Octobre 2013 et qui faisait état de la situation du Bénin et de la proposition de solutions,et après sa candidature à l’élection présidentielle de 2016 ,Pascal Irénée KOUPAKI a rejoint le gouvernement du nouveau départ.

Dans cette nouvelle aventure ,il fut affecté à la tâche de porte-parole du gouvernement ,et de ministre d’Etat, pour occuper jusqu’à aujourd’hui, le poste de secrétaire général de la présidence.

Un poste qui est plutôt moins en vue que ses postes antérieurs de décideurs politiques, et qui, ajouté à son silence avait soulevé dans le rang des populations béninoises, des rumeurs et des critiques ni avantageuses,ni elogieuses pour PIK.

Ils s’en sont donnés à coeur joie. Ils ont raconté qu’il avait été contraint au silence, qu’il était retenu comme otage à la présidence de la république du Bénin ou encore que son salaire suffisait au point de favoriser son silence.

Toujours aussi calme, serein et imperturbable, l’homme politique pour justifier ce silence qui a fait couler beaucoup d’encre et de salive, a affirmé il y a quelques mois : “Lorsqu’on se met au service de son pays pour soutenir un courant idéologique, philosophique ou politique, on le fait avec le sentiment d’appartenance et on travaille à céder la place pour le bien-être de tous les béninois et de toutes les béninoises. C’est ce que je fais depuis Avril 2016 avec beaucoup d’engagement. “.

Il faut préciser qu’entre les commentaires, critiques et ragots que l’homme politique à tôt fait d’atténuer et sa position actuelle à la présidence de la république, il est devenu membre fondateur de l’Union Progressiste il y a quelques mois en adhérant au dit parti.

Le choix de l’Union Progressiste qui est un des partis de la mouvance par PIK pourrait en effet confirmer le fait qu’il soit en parfaite symbiose avec les réformes et actions du président de la République, Patrice TALON.

Tout compte fait ,quoi qu’on en dise ,et quelques soient ses erreurs, Pascal Irénée KOUPAKI, est peut être mystérieux, ou encore une énigme difficile à déchiffrer du fait de ses choix politiques, de son silence, de sa discrétion, mais il n’en demeure pas moins qu’à lui tout seul, il représente un véritable livre dans lequel on pourrait apprendre et puiser maintes leçons, parlant de gestion et de politique.

Un exemple que les générations futures seraient heureuses de copier et de recopier pour arriver à relever le défi d’une nation pacifique et prospère .

Par Anita MARCOS

ACTUALITÉS RÉCENTES

ACTUALITÉS RÉCENTES

LÉGISLATIVES 2019

LÉGISLATIVES 2019

CAN 2019

CAN 2019

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.