BÉNIN24 TÉLÉVISION
L'actualité en continu et en temps réel

Commerce alimentaire : les produits ‘’bio’’ gagnent du terrain

Le bio est un vrai levier de croissance et un très bon argument de vente dans le commerce alimentaire. En atteste la croissance des jeunes qui s’y intéressent et leur recette. Et tout porte à croire que le bio, c’est l’avenir.

Le marché du bio est en constante augmentation depuis plusieurs années. Epices bio, légumes bio, jus de fruits bio, tomate bio.

En confirme les initiatives du autour du bio. Longtemps réservés à une élite urbaine, les aliments bio se sont de fait peu à peu démocratisés avec l’arrivée en force l’entrepreneuriat des jeunes.

Plusieurs facteurs viennent soutenir l’engouement.

«D’abord, la ruée vers le bio traduit une nouvelle façon de consommer d’individus soucieux de mieux manger, d’être acteurs de leur santé et d’encourager un mode de production plus respectueux de l’environnement. Et cela rapporte aux jeunes qui s’y intéressent. Je me retrouve avec 150 000FCFA tous les mois avec le commerce de mes produits bio», explique un jeune entrepreneur qui s’investit dans les jardins bio.

La vitalité quasi remarquable des rayons bio, et les marges plus que confortables sur les ventes de produits bio aiguisent les appétits. Et les grandes surfaces alimentaires un temps sur la touche, reviennent à l’offensive et reprenant même le leadership ces tous derniers mois grâce aux concepts 100% bio.

Et il se peut que ces produits ‘’bio’’ gagnent davantage le terrain puisque de plus en plus les gens prennent soins de leur santé. Comme quoi, il vaut mieux prévenir que guérir. Jeanne Noussihoun, jeune femme entrepreneure s’investit depuis trois ans dans la production et la distribution des légumes bio.

Elle explique : «Je produis des légumes bio. Au début cela ne donnait pas mais aujourd’hui, je n’arrive même plus à couvrir les demandes de mes clients. Je livre des produits pour plus de 40 000 FCFA par semaine».

Crespo Fadé renchérit : «les produits bio ont l’avantage d’être cueillis sur place et emportés sans produits additifs. L’avenir des surfaces de vente spécialisées bio pourrait ainsi de plus en plus rimer avec la vente de produits «faits sur place», la mise en place de services de restauration, et l’élargissement de l’offre de services.

«En clair, les spécialistes du bio vont devoir mettre les bouchées doubles s’ils ne veulent pas être concurrencés par ceux qui font du mixage dans les produits. Surtout que par ailleurs, la vente directe gagne du terrain en combinant traçabilité des produits mais aussi proximité et lien social avec le producteur, un modèle en phase avec les modes de consommation les plus en vogue.

«Et plusieurs pistes peuvent être explorées parmi lesquelles la construction d’une communauté de fidèles notamment sur les réseaux sociaux, mais aussi la vente en ligne, l’animation des points de vente avec des activités de remise en forme et , et autres séances d’initiation», explique Gratien Djossou, spécialiste des épices bio.

Par Dorice DJETON

 

Immobilier Bénin

ACTUALITÉS RÉCENTES

ACTUALITÉS RÉCENTES

CAN 2019

CAN 2019

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre adresse email ne sera pas publiée.