BÉNIN24 TÉLÉVISION
L'actualité en continu et en temps réel

Conférence de presse sur l’évaluation : Sévère réplique du syndicaliste Adjinan aux ministres de l’Education

Quelques jours après la sortie médiatique des trois ministres de l’éducation, Salimane Karimou, Mahougnon Kakpo et Marie-Odile Attanasso où ils ont rassuré les enseignants reversés de 2008 des dispositions prises pour par le gouvernement pour une organisation en toute sécurité de l’évaluation diagnostique du 24 août prochain, le syndicaliste Alexandre Adjinan des trois ordres de l’enseignement réagit.

L’intervention du syndicaliste est relative à la polémique née au lendemain de l’annonce de l’évaluation des enseignants. Cette intervention a trait à deux volets de la conférence de presse des ministres. Il s’agit de l’appréciation de quelques aspects de cette sortie des ministres de l’éducation et la tournée de sensibilisation en vue ou en cours dans les départements.

S’agissant du point de presse où les ministres rappellent la notion d’état de droit et la liberté d’action, le syndicaliste Adjinan rejette toute supposée menace faite sur les enseignants par les syndicalistes comme le pense le gouvernement.

«Nous ne menaçons pas nos camarades parce qu’ils refusent de composer, mais nous les sensibilisons. Et je voudrais en profiter pour remercier tous les enseignants qui se sont mobilisés dans les départements et communes pour amener les enseignants à la raison par des assemblées générales» rectifie-t-il.

En ce qui concerne l’état de droit, il rappelle plutôt aux ministres en quoi cela suppose le respect des normes qu’ils doivent mettre en application. Et puisque le «gouvernement aussi mélange les pédales» à propos de la situation, Alexandre Adjinan se pose quelques inquiétudes.

«L’état de droit consiste-t-il à ne respecter aucun texte, à inventer une évaluation et à dire que ceux qui, sur la base de l’état de droit ont fouillé les textes pour dire rien les obligent à subir cette évaluation….Lorsqu’on prend le type d’évaluation en question, cela n’est prévu dans aucun texte législatif ou réglementaire. Ce n’est pas aussi prévu dans les décrets portants régime juridique d’emploi des ACE et les décrets portants statuts particuliers….»

Ainsi sur ce premier volet, il pense que le déploiement d’une catégorie d’enseignants issue de l’évaluation dans d’autres ministères est selon lui de l’utopie, et donc impossible.

Au sujet de la sensibilisation, Alexandre Adjinan déplore le comportement de certains députés et élus locaux qui de façon «naïve» s’adressent aux enseignants sur un problème qu’ils ne maitrisent pas.

C’est d’ailleurs pourquoi, il leur réitère la position des enseignants afin qu’ils ne perdent pas leur temps sur le terrain.

«Les enseignants de la promotion 2008 ne vont pas composer. Et nous mettons au défi quiconque est en mesure de nous prouver la loi, les décrets et les articles de notre contrat que nous avons violé en refusant cela. Les ACE ne vont pas composer. Ils vont boycotter l’évaluation à plus de 95% et la vérité va triompher dans ce pays.» met en garde le syndicaliste.

Pour conclure, le syndicaliste appelle le chef de l’Etat et ses ministres à abandonner ce projet qui va échouer. «Nous devons dire la vérité pour construire ce pays. Je me demande si ce sont nos cadres qui induisent le chef de l’Etat en erreur ou bien c’est le projet de réduction de l’effectif des agents de l’Etat qui est en cours ?» se demande Alexandre Adjinan.

Rejoignez-nous sur Facebook
Nous sommes aussi sur Twitter
Application Android

Disponible sur Google Play

 

Immobilier Bénin

ACTUALITÉS RÉCENTES

ACTUALITÉS RÉCENTES

ACTUALITÉS À LA UNE

ACTUALITÉS À LA UNE

CAN 2019

CAN 2019

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre adresse email ne sera pas publiée.