BÉNIN24 TÉLÉVISION
L'actualité en continu et en temps réel

Crise électorale – Ultime sortie de la Résistance : l’opposition dit “NON” à la restriction des libertés au Bénin

Les forces politiques de l’opposition s’insurgent contre les manœuvres de restriction des libertés qui sont en cours au Bénin. Aussi, se dressent-elles contre le coup de force politique en cours et invitent de ce fait le gouvernement Talon à corriger le tir. C’est à la faveur d’un point de presse animé au siège de la résistance, hier lundi 13 mai 2019 à Cotonou.

Eric Houndété entouré de Guy Mitokpè et de Nourénou Atchadé a porté à l’attention des journalistes les événements qui ne sont de nature à préserver la paix et la quiétude des populations béninoises.

Pour lui, les enlèvements ciblés des jeunes soutenants l’opposition politique sont «arbitraires». La deuxième personnalité de la 7ème législative poursuit en disant que ceux qui sont interpellés, le sont pas conformément aux dispositions du code de procédure pénale. Ils ont été enlevés sans jamais être convoqués.

Mieux, dénonce-t-il, les enlèvements ont lieu à des heures indues. Certains sont pris à 23 heures, d’autres à 2 heures et d’autres encore à 4 heures du matin, déplore le premier vice-président de l’Assemblée nationale.

Par ailleurs, les figures de proue de l’opposition sont convoquées de façon successive, dénoncent les forces de l’opposition. Elles en veulent pour preuve les cas de Amissétou Affo Djobo, Sacca Fikara, Atikou Ilalou….

Elles invitent le gouvernement à écouter la voix du peuple et à revenir sur le chemin de la démocratie tracé lors de la conférence des forces vives de la Nation en 1990 sans délais.

Le cas du domicile de Yayi assiégé

Les forces politiques de la résistance ne sont pas allées par quatre chemins pour dénoncer la présence permanente des forces de l’ordre dans le périmètre immédiat du domicile de l’ancien chef d’Etat, Boni Yayi. «Boni Yayi est en train de subir une torture morale», déplore Eric Houndété.

Depuis une dizaine de jours, poursuit l’honorable, l’ancien chef d’Etat n’a plus de visite de son médecin, de ses proches encore moins de ses amis politiques. L’opposition exige la levée de l’état de siège sans outre mesure.

L’opposition contre l’installation de la 8eme législature

Pour l’ensemble des membres de l’opposition, «il ne saurait y avoir d’installation de député, car l’opposition ne reconnaît pas le scrutin du dimanche 28 avril dernier» a dit le député de la 5eme circonscription électorale.

Précisons que l’opposition avait lancé le mouvement de la résistance dans le cadre des élections législatives du dimanche 28 avril dernier. Quid pour réclamer l’arrêt du processus électoral afin de permettre à toutes les forces politiques en règle vis-à-vis des textes d’y participer.

Mais cet appel n’a pas reçu l’écho favorable du gouvernement. L’élection législative s’étant déroulée sans aucune formation politique de l’opposition, elles réclament à présent l’annulation du scrutin. Un acte qui va permettre selon elles de retourner à la table de négociation pour définir les clauses d’une élection inclusive gage de paix et de pérennisation des acquis démocratiques.

Rejoignez-nous sur Facebook
Nous sommes aussi sur Twitter
Application Android

Disponible sur Google Play

 

Immobilier Bénin

ACTUALITÉS RÉCENTES

ACTUALITÉS RÉCENTES

ACTUALITÉS À LA UNE

ACTUALITÉS À LA UNE

CAN 2019

CAN 2019

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre adresse email ne sera pas publiée.