BÉNIN24 TÉLÉVISION
Toute l'actualité en continu et en temps réel

Economie béninoise : des performances qui impactent le quotidien des populations

Dans un entretien accordé à la presse ce mercredi 17 avril 2019, le ministre de l’économie et des finances, Romuald Wadagni a expliqué de long en large les performances de l’économie béninoise et ses retombées sur le quotidien des Béninois.

Selon le ministre, de façon classique, la première indication regardée est celle du taux de croissance du Pib. Un taux qui permet de mesurer le rythme de création de richesse dans un pays. Cet indicateur pour 2018 s’élève à 6,8% contre 2,1% en 2015 selon les chiffres du Fmi (Fonds monétaire international), a-t-il informé.

Pour Romuald Wadagni, lorsqu’on
regarde de façon globale, le niveau de production de richesses, dans la sous-région et au niveau mondial, on constate que ce taux fait partie des meilleures performances aujourd’hui, et il s’agit de chiffres fiables qui proviennent du Fmi. Sur la base des données à fin Septembre, l’institution financière a revu le taux de croissance qui était au début de l’année à 6,00% à 6,5% déjà à fin septembre.

En 2018, le Bénin a été le seul pays où le Fmi, après un contrôle, a revu à la hausse les performances économiques.

Un des premiers moteurs selon le ministre des finances, est le secteur agricole avec en ligne de mire, le coton. Pour la campagne 2018-2019, les données enregistrées indiquent que le Bénin a dépassé les 700.000 tonnes de coton.

Expliquant le retombées de ces performances sur le quotidien des citoyens, Romuald Wadagni a rappelé qu’en 2015, les données statistiques indiquent qu’un paysan emblavait dans les départements de l’Alibori et de l’Atacora, 5 hectares avec une production de 877 kg à l’hectare, en 2015. En 2018, la productivité est passée à 1150 kg à l’hectare. Entre 2015-2016, poursuit-il, le prix d’achat du coton à l’ha a également augmenté de 5F le kg.

«Ce qui veut dire que le paysan qui emblave 5 ha voit son niveau de revenu passer de 1.100.000 FCFA à 1.500.000 FCFA par an. Il gagne 400.000 F de plus, c’est colossal. Un revenu comparable à celui d’un cadre en début de carrière», fait remarquer le ministre des finances.

Pour lui, ces performances impactent le quotidien des populations en milieu rural, et les paysans ont commencé à construire leur habitat en matériaux définitifs. «Leur cadre de vie change et ils envoient leurs enfants à l’école, à l’université», a souligné l’argentier national. A l’en croire, cette amélioration impacte 4 millions de personnes et il en est de même dans le secteur des transports.

A la fin de la campagne 2017-2018, au moins 34 milliards FCFA ont été distribués aux transporteurs et 92 milliards aux producteurs. Autant d’exemples qui montrent selon le ministre que la croissance est là et des millions de personnes voient leur quotidien s’améliorer. Outre le coton, la noix d’anacarde a eu une augmentation de 30%, idem pour les filières telles que le riz, le maïs… etc.

Evoquant les plaintes enregistrées ça et là malgré les performances de l’économie nationale, le ministre des finances a souligné que les gens se plaignent souvent pour des raisons qui sont la résultante de plusieurs choses.

«Nous sommes en période de réformes. Les réformes gênent les intérêts et créent des frustrations», a-t-il notifié. Pour lui, certaines plaintes sont le résultat de certaines frustrations liées à l’interruption de certaines mauvaises habitudes. «L’argent facile qui ne circule plus», a-t-il insisté.

Après avoir illustré la bonne santé de l’économie nationale à travers le taux de croissan’ce comme premier indicateur, Romuald Wadagni s’est également référé à un deuxième indicateur économique qu’est celui de l’inflation. Pour lui, on mesure la vitalité de l’économie par rapport au niveau d’évolution des prix des produits de première nécessité comme le riz, le maïs, le manioc.

Par rapport au maïs, une mesure séchée était à 250F le kg en 2015. En 2018, elle est de 205F/kg. Par contre pour certains produits, le ministre des finances reconnaît que les prix ont légèrement augmenté ; mais pour la plupart les prix ont diminué.

De façon global, le taux d’inflation, s’est élevé à -0,8% en 2018, un taux qu’il juge bon. Pour Romuald Wadagni, on peut souffrir car l’argent qui rentre, n’arrive plus à acheter la même quantité. Il a par ailleurs précisé qu’en réalité, la plainte est liée à la diminution de l’argent qui rentre, car, les coulages des finances publiques sont stoppés.

Par F. Aubin AHEHEHINNOU

 

Immobilier Bénin

ACTUALITÉS RÉCENTES

ACTUALITÉS RÉCENTES

LÉGISLATIVES 2019

LÉGISLATIVES 2019

CAN 2019

CAN 2019

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre adresse email ne sera pas publiée.