BÉNIN24 TÉLÉVISION
L'actualité en continu et en temps réel

Editorial du jour : Colonel Gbaguidi, le mal est-il fait ?

Critiqué de manière acerbe et véhémente, le chef d’état-major de l’armée de terre, le colonel Fructueux Gbaguidi, tente de rassurer ses compatriotes. A cet effet, lundi dernier, il a laissé à la postérité, un message. Mais peut-il encore convaincre les démocrates du Bénin et du monde en ce moment où ses frères d’armes ont tiré sur ses compatriotes à balles réelles faisant des morts? Analyse dans l’exercice de l’éditorial du jour.

A la cérémonie des couleurs du lundi 06 mai 2019, quelques jours après les morts de Cadjèhoun, le chef d’état-major de l’armée de terre, le colonel Fructueux Gbaguidi, a évoqué la gestion de la crise post-électorale en qui sévit au Bénin.

Selon lui, «Il s’agit d’un problème politique et la solution sera politique et trouvée par les politiques. Pour cela, il invite la troupe à ne pas se laisser manipuler surtout par les réseaux sociaux».

Poursuivant son adresse, il a affirmé également que : «L’ex président Boni Yayi a été le chef suprême des armées et il continuera à mériter le respect dû à son rang. Et aucun chef militaire ne voudra prendre la responsabilité négative devant l’histoire d’arrêter un ancien chef d’Etat».

Il n’a pas manqué d’exhorter, les hommes en armes à «Rester unis comme de vrais frères d’armes, tout en étant légalistes». Il a dû interrompre son adresse par une urgence.

Mais au-delà de ce discours intéressant, ne donne-t-il pas l’air d’une séance de rattrapage mal ficelé ? Tout porte à le croire. En effet, les vraies questions demeurèrent comme je l’écrivais mardi dernier lors de ce même exercice.

D’abord, la question principale est toujours là. Qui a donné l’ordre de tirer à balles réelles sur les populations en plein centre-ville? La hiérarchie de la Police républicaine, les responsables de l’armée (état-major général ou Cemat), le chef suprême des armées, les patrons du ministère de la Défense. des forces supplétives tapies dans l’ombre ou des agents zélés ? Qui a donné l’ordre et qui sont ceux qui ont exécuté les instructions ?

Ensuite, pourquoi dans la chaine de commandement a-t-on confondu une mission de maintien de l’ordre à celle d’une guerre classique ? Alors que dans ce domaine, le colonel Gbaguidi est l’un des meilleurs spécialistes de l’Onu ?

En outre, l’opinion cherche à savoir au-delà de son discours du lundi dernier, dans quel camp se retrouve-t-il aujourd’hui, lui le grand ‘’démocrate des casernes’’? Le camp des légalistes et républicains ou celui des faucons et gerfauts qui tiennent à ‘’canarder’’ leurs compatriotes dont le seul péché est d’avoir réclamé des élections inclusives ?

A l’analyse des contingences survenues à Cadjèhoun, tout porte à croire que le colonel Gbaguidi a été soit débordé ou marginalisé par le camp des ‘’durs’’, submergé les légalistes et est passé à l’action.

Sans oublier que le chef d’état-major de l’armée de terre a manqué à son devoir de communication. En effet, depuis qu’il est à la tête de ce maillon important et de l’attirail de notre armée, le colonel Fructueux Gbaguidi, a été toujours si alerte à inviter les hommes des médias pour expliquer certains faits liées à l’armée. Ce fut le cas lors de la mutinerie sous la férule de l’officier Azatassou. Dès lors, pourquoi dans des conditions aussi funestes garde-t-il le silence jusqu’à ce jour ?

Par Titus FOLLY

Rejoignez-nous sur Facebook
Nous sommes aussi sur Twitter
Application Android

Disponible sur Google Play

 

Immobilier Bénin

ACTUALITÉS RÉCENTES

ACTUALITÉS RÉCENTES

ACTUALITÉS À LA UNE

ACTUALITÉS À LA UNE

CAN 2019

CAN 2019

1 COMMENTAIRE
  1. Djotchou Affokpe Firmin dit

    Je suis fier d’avoir les informations à chaque fois et à tout moment.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre adresse email ne sera pas publiée.