BÉNIN24 TÉLÉVISION
Toute l'actualité en continu et en temps réel

Editorial du jour : «J’aime le pouvoir»

J’ai connu l’Ouganda de Yoweri Museveni au pouvoir depuis 1986. Il fait tout pour conserver le pouvoir. Mais jamais, il n’a pensé éliminer les partis d’opposition pour aller seul aux élections. J’ai connu Omar el-Béchir du Soudan qui tient les rênes de son depuis 1989, il n’a jamais fait cela. Idem pour le Tchad de Idriss Déby Itno en fonction depuis 1990. Alors pourquoi ce que les plus grands satrapes d’Afrique n’ont pu faire, Patrice Talon tente-t-il de le faire au Bénin ? Analyse dans l’exercice de l’éditorial du jour.

La crainte occupe si fortement Patrice Talon. C’est celle de perdre une grande partie de son pouvoir. Ce dernier ne se résume pas seulement à celui de l’exécutif très fort qu’il incarne. C’est également, celui qu’il a eu et qu’il exerce avec maestria sur le Parlement béninois durant 24 mois. Et par l’extravagance des députés du BMP qui l’ont servi, Patrice Talon a compris les enjeux, mises et placements de la vassalisation du Parlement.

Mais il se fait qu’au soir du 28 avril 2019, les montagnes et les collines éclateront d’allégresse devant nous et tous les arbres de la campagne battront des mains. Au lieu des épines s’élèveront les cyprès au lieu de la ronce et le myrte depuis le 06 avril 2016.

Dès lors, pour Patrice Talon, les législatives prochaines sont une question de survie politique. D’où son instinct de conservation du pouvoir. Pour cela, il n’est pas question pour lui de perdre le Parlement pour les deux ans qu’il lui reste.

Cela passe par une gravissime incompréhension de la vérité même s’il faut ‘’couler’’ l’expression démocratique contemporaine du Bénin. Alors, la solution, pour Patrice Talon, c’est de poursuivre la défausse démocratique. Haro sur le baudet! Sans aucune fuite politicienne en avant.

Et comme par enchantement et gommant comme par magie toutes les convenances républicaines, Patrice Talon veut tout faire pour continuer par avoir sa majorité, son pouvoir. Qu’il soit corrompu démagogue, arrogante et inefficace dans la gestion du Bénin, le chef de l’Etat tient à avoir son pouvoir intact pour poursuivre ses réformes non consensuelles. De ce fait, éliminer l’opposition du prochain scrutin s’inscrit donc dans un manifeste bien planifié.

Mieux, Patrice Talon veut empêcher à tout prix la charge de la revanche de la part de son prédécesseur Boni Yayi. En effet, Patrice Talon est décidé à empêcher l’accomplissement du rêve de l’ancien président du Bénin, identifié, immaculé, idéalisé et désormais du bon côté de l’histoire du progressisme sociétal d’être à l’Assemblée nationale et d’en devenir le président de la 8ème législature.

N’oublions pas que Patrice Talon a déjà connu deux cuisantes défaites en liens avec la révision de la Constitution. A moins d’un miracle, la troisième défaite pourrait intervenir à l’issue des législatives du 28 avril 2019. Mais lui, Patrice Talon impopulaire ne veut l’admettre. Il veut alors éviter la défaite.

Et comme on le voit depuis bientôt trois ans, le régime de la ‘’Rupture’’ qui est capable avec sa clef qui ouvre les cœurs à la corruption, livre les institutions à l’entropie et mène le Bénin à sa perte, est prêt à tout pour conserver son pouvoir.

Mais une chose est certaine, quand l’argent et le pouvoir vous rendent puissant, la maladie, la mort ou le peuple souverain vous montreront que vous n’êtes rien sur terre.

Par Titus FOLLY

ACTUALITÉS RÉCENTES

ACTUALITÉS RÉCENTES

LÉGISLATIVES 2019

LÉGISLATIVES 2019

CAN 2019

CAN 2019

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.