Éditorial du jour : Je veux fréquenter Montesquieu

A l’épreuve du pouvoir depuis 33 mois, le régime de la ‘’Rupture’’ a eu comme précepteur Machiavel. Mais j’ai l’impression que dans la perspective du scrutin du 28 avril 2019, le ‘’Bénin révélé’’ tente de fréquenter Montesquieu.

Cela suffira-t-il pour redorer l’image d’un pouvoir fort qui veut se réconcilier avec le peuple ? La question sera analysée sous toutes les coutures dans l’exercice de l’éditorial de ce jour.

Il se fait que depuis 33 mois au Bénin, le ‘’Prince’’ de Machiavel est le livre de chevet des princes qui nous gouvernent sous l’égide de Patrice Talon. Durant ce temps, le Bénin a connu une lente décadence des mœurs dans une République qui a perdu sa vertu.

Mieux, chaque béninois se comporte comme un esclave échappé de la maison de son maître. Avant, on était libre avec les lois. Aujourd’hui, on veut être libre contre elles, car l’exécutif et les députés du BMP a font voter des lois liberticides.

Résultat, la République est devenue une dépouille. Ce qui était attention, on l’appelle crainte. Ce qui était règle, on l’appelle gêne. Ce qui était maxime, on l’appelle rigueur. On avait cru que ce régime à poigne qui nous dirige allait garder la ligne jusqu’à la fin des cinq ans quand contre toute attente, les passions humaines ont commencé par faire mouvoir Patrice Talon et son équipe. Comment en est-on arrivé à ce brusque changement ?

A mon avis, ce revirement découle de l’imminence des législatives prochaines. Il faut renouveler la 7ème législature. Ce qui passe par les élections et qui consacre l démocratie. Et nous voici sous l’aile triomphante de Montesquieu avec son célèbre ouvrage de référence « l’Esprit des Lois». En effet, rien au prime abord ne légitime l’assimilation de l’actuel état d’âme de ceux qui nous dirigent très peu enclins à une capacité d’écoute.

Mieux, c’est qu’ils s’obstinent à se débarrasser de certaines figures périmées et ce sans confusion et avec plus d’échauffement. Et dans la série des actes mémorables, ce sont des mesures sociales qui ont été annoncées avec effet immédiat. Et les cibles ne sont pas des moindres. Il s’agit des détenus, des agents retraités, des sinistrés du marché Dantokpa… C’est ainsi que ce qui relève du simple devient l’exception pour ce régime qui a refusé depuis 33 mois d’agir pour le plus grand nombre.

Mais tout cela pour quels résultats ? Il y a d’abord l’effet de la plus belle machine comme celles qui emploient moins les engrenages et les fouets. En somme, une véritable opération de charme a donc commencé pour chambrer les béninois pour des dividendes au terme des législatives. Le peuple béninois sera-t-il sensible à cette nouvelle disposition d’esprit ou sanctionnera-t-il un personnel politique impitoyable ?

C’est à l’issue des législatives qu’on saura effectivement si les béninois ont pris conscience que le pouvoir appartient au peuple. Loin de juguler l’utilisation de l’ostracisme, le pouvoir au peuple, tout le pouvoir au peuple n’est qu’un type d’idéal.

Par Titus FOLLY

 

Articles recents

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

La modération des commentaires est activée. Votre commentaire apparaîtra une fois approuvé

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.