BÉNIN24 TÉLÉVISION
L'actualité en continu et en temps réel

Editorial du jour : Martyrs, héros, vandales

Inclinons-nous devant la mémoire des vaillants démocrates tombés au champ d’honneur des élections inclusives à Kilibo, Savè, Bantè, Cotonou/Cadjèhoun.

Que retenir au nom des enfants morts pour la patrie, en ce moment où la guerre des mots fait rage ? Martyr, héros de l’avis des démocrates ou voyous, vandales… selon les soutiens de la ‘’Rupture’’ ? Analyse dans l’exercice de l’éditorial du jour.

Si l’on parle de martyr à Cotonou/Cadjehoun, Savè, Bantè, Kilibo, c’est à juste titre. Mais il se fait que ce mot a pris une nouvelle connotation, Cela est d’autant plus important que c’est au nom des législatives inclusives qu’ils sont tombés au théâtre d’honneur suite aux tirs à balles réelles.

Mais quand on dit que des fils de Cadjèhoun/Cotonou, Savè, Bantè, Kilibo sont des martyrs ou des héros, certains compatriotes font la moue. En effet, cela énerve les gens dans les travées de la ‘’Rectification pour le Bénin révélé’’ de donner ces noms de gloire à des gens qui ne le méritent pas. Pour eux : «A Cadjèhoun/Cotonou, Savè, Bantè, Kilibo, c’est le règne des voyous, des chenapans, vandales, vauriens…».

On comprend leurs motivations. Tous leurs ressentiments découlent de la résonnance des préjudices enregistrés. C’est normal et légitime que le propriétaire des véhicules incendiés réagisse de la sorte. Il en est de même pour le nanti d’une usine brulée dans le septentrion sans oublier le possesseur des essenceries vandalisées. On ne devrait pas aller à cette extrémité. Je le déplore, car le démocrate que nous sommes ne doit cautionner la violence.

Mais à qui la faute si on en est arrivé là ? Ceux qui ont cassé dans nos villes ou ceux qui ont banalisé la dangerosité de ce qui se préparait et qui ont mis à mort la République ?

Avant de répondre à ces questions, il urge que les princes du moment qui disent que leur politique inexpugnable n’est pas un sujet de débat, comprennent qu’ils ont fait fausse route. On doit regretter clairement que leurs choix atypiques ne répondent qu’à des intérêts inavoués.

Cela dit, ceux qui ont récusé le fait accompli des élections exclusives ont-ils raison ? Mieux, en recourant à la résistance populaire contre le saccage en règle de la Loi fondamentale du Bénin et en s’appuyant sur l’article 66 de cette dernière, n’est-il pas un acte légitime ?

La ‘’Rupture’’ a été vomie par le peuple. Il était sur le point d’être détrôné grâce aux législatives comme c’est le cas des régimes autocratiques. Mais ce peuple en a été privé. Mais le Bénin au regard du cadre règlementaire qu’ils ont violé en se révoltant ne peut jamais être reconnaissant à leur endroit…en dépit de leur dévouement.

A travers cette guerre de mots, c’est un rude et redoutable message d’intolérance qui est délivré. Et toutes les composantes de la Nation doivent en tirer leçons. Soit au nom des convictions des uns soit au nom du sens de combat pour les libertés des autres.

Mais au-delà de tout, souhaitons qu’aux enfants de la patrie morts pour les élections inclusives, la République tôt ou tard soit reconnaissante…et que ceux qui ont eu des préjudices soient dédommagés.

Par Titus FOLLY

Rejoignez-nous sur Facebook
Nous sommes aussi sur Twitter
Application Android

Disponible sur Google Play

 

Immobilier Bénin

ACTUALITÉS RÉCENTES

ACTUALITÉS RÉCENTES

ACTUALITÉS À LA UNE

ACTUALITÉS À LA UNE

CAN 2019

CAN 2019

1 COMMENTAIRE
  1. Fracasse dit

    Soi-disant journalistes à la solde des puissances d’argent et des voleurs du peuple! Quel peuple a vomi la Rupture? Quand vous parlez des anciens voyous et criminels qui ont saccagé les ressources du pays et de leurs ouailles, de grâce, ne galvaudez pas le mot Peuple. Le peuple n’est pas fait de fraudeurs, de tricheurs, d’affameurs, de criminels économiques et de leurs bénéficiaires qui font le deuil de tous les avantages illicites perdus. On sait que nombre de faux journalistes apatrides et leurs commanditaires nationaux sont même prêts à brader notre pays à des valets et à des bras armés et financiers de l’impérialisme international. Vous n’avez aucun sens de patriotisme ni de dignité. Vous êtes des marchandises et vous et vos comparses rêvez de transformer aussi la Terre de nos aïeux en marchandise. Quand l’heure sonnera que sorte enfin le Peuple, le Vrai, vous le trouverez droit devant vous.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre adresse email ne sera pas publiée.