Éditorial du jour :  Mon beau sapin pour la ‘’Rupture’’

Dès le début de saison du ‘’Bénin révélé’’, les béninois n’ont cessé de recevoir les volets de bois verts. Mais depuis quelques jours, on est loin des longues et chaudes soirées passées sur la terrasse après les châtiments.

La ‘’Rupture’’ tente de sortir de la brume dans une logique de mansuétude, mars 2019 oblige. Le compte sera-t-il bon pour Patrice Talon au terme des législatives ? Cette préoccupation me tiendra à cœur dans l’exercice de l’éditorial du jour.

Du passé au présent et du futur de la ‘’Rupture’’ il faut reconnaitre qu’il y a de plus en plus du ‘’génie’’ dans la politique et c’est selon. Sous le beau sapin de la ‘’Rupture’’, les jarrets faméliques, les ceintures à serrer et les cravaches sont sur le point d’être relégués. Et voici la cuirasse qui nous protège des maux connus du passé.

Dans la série des actes qui apaisent les béninois meurtris depuis 32 mois, il y a les bons fruits de la démocratie et de la République issus de l’arbre des siècles d’espérance

En faisant ces gestes de bonne volonté, pour en arriver à cimenter ses liens avec un peuple malmené depuis lors, tout le monde a compris que c’est la perspective de mars 2019, synonyme de point de bonus qui guide désormais Patrice Talon, comme par magie. Cependant, la stratégie de l’opération comptoir organisée peut-elle prospérer pour espérer les effets de cette escale de Noël ?

Il va falloir tenir compte de l’état d’esprit du béninois qui a désormais plus des tours dans son sac. Sans oublier que ces tours faits en temps et transmis en paroles ou en actes jusqu’à nous et jusqu’aux dirigeants ne sont pas une partie de plaisir.

En effet, depuis un certain moment, les cariatides du régime cassent le moule d’entrée de jeu. Finis les monologues télévisés. Et trop de bons gestes. Mais il se fait que le champ politique du pouvoir actuel est trop déstructuré…pour des effets immédiats. A moins que je me trompe.

En effet, comme échaudés par les errements et la poigne de ce régime, les béninois malgré les derniers dispositifs prétendant inverser la courbe des mesures antisociales, je suis persuadé que rien ne sera facile pour Patrice Talon et ses alliés.

En effet, le peuple souverain pendant 32 mois a été confronté à une sorte de peur révérencielle. Marqué au fer rouge, il est donc frileux et n’osent plus croire à une nouvelle trame de gouvernance.

Les béninois électeurs seront-ils tolérants du fait de la téléréalité qui se déroule sous leurs yeux ? Garderont-ils une dent pourrie contre Patrice Talon et les siens en dépit de marketing politique comme dans un circuit fermé et dont l’objectif est de désarçonner les électeurs ?

1200 personnes sorties des maisons carcérales, ce n’est rien, c’est même important. 500 millions aux sinistrés du marché de Dantokpa ne peut être un modeste plan de redémarrage d’une carrière. Ce n’est donc pas banal en ces temps de spéculations et d’agiotages en cette veille des campagnes.

On attend donc de voir si cette stratégie électoraliste sera payante ou si elle se retournera contre le pouvoir comme un bain public provenait des égouts.

Par Titus FOLLY

ACTUALITÉS RÉCENTES

ACTUALITÉS RÉCENTES

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

La modération des commentaires est activée. Votre commentaire apparaîtra une fois approuvé

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.