Fin de l’attaque contre un complexe hôtelier au Kenya, les jihadistes “éliminés”

Les forces de sécurité kényanes ont mis un terme mercredi matin à l’attaque des islamistes somaliens shebab contre un complexe hôtelier de Nairobi à l’issue d’un siège de près de vingt heures, le président Uhuru Kenyatta faisant état d’un bilan provisoire de 14 morts.

“Je peux vous confirmer que l’opération de sécurité au (complexe) Dusit s’est achevée” et que “tous les terroristes ont été éliminés”, a déclaré M. Kenyatta à la presse mercredi matin.

Le nombre de jihadistes ayant perpétré l’attaque, non précisé par M. Kenyatta, restait toutefois peu clair dans l’immédiat.

Des images de vidéosurveillance diffusées par les médias kényans montrent quatre hommes équipés d’armes automatiques et de grenades progresser calmement dans le complexe. Au moins un jihadiste s’est fait exploser au début de l’attaque.

Une source policière a indiqué de son côté que deux assaillants ont été tués mercredi matin au terme d’un échange de tirs prolongé. “Ils portaient tous les deux des foulards rouges sur le front et des cartouches étaient attachées autour de leur poitrine (…) ils avaient chacun un AK-47″.

Le président Kenyatta a précisé qu'”en ce moment, nous avons la confirmation que quatorze vies innocentes ont été perdues (…), d’autres ont été blessés”.
Selon une source policière à l’AFP, un des membres du commando a été identifié et la maison dans laquelle il vivait à Ruaka, une commune populaire située au nord de Nairobi, était perquisitionnée mercredi.

Deux suspects ont par ailleurs été arrêtés, l’un dans le quartier majoritairement somalien d’Eastleigh, l’autre à Ruaka, a annoncé à l’AFP le directeur des enquêtes criminelles George Kinoti.

Avec AFP

 

Articles recents

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

La modération des commentaires est activée. Votre commentaire apparaîtra une fois approuvé

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.