BÉNIN24 TÉLÉVISION
L'actualité en continu et en temps réel

Gabon : Omar Bongo 10 ans après sa mort

L’ancien président Omar Bongo Ondimba est passé de vie à trépas, le 8 juin 2009. 10 ans après son décès, les gabonais sont-ils nostalgiques de leur ancien chef de l’Etat ?

Pour les gabonais, leur ancien chef de l’Etat a-t-il laissé un héritage politique ou économique ? 10 ans après la mort du père de l’actuel chef de l’Etat, Ali Bongo Ondimba, la tête du Gabon depuis 1967 et décédé à l’âge de 73 ans à Barcelone où il était hospitalisé. C’était le 8 juin 2019. Aujourd’hui, le Gabon est un pays confronté à une discorde politique et à une crise économique.

Sur le plan économique, Omar Bongo a laissé un pays économiquement instable. Ce qui a obligé son fils d’amorcer des réformes importantes. En, effet, l’un des puissants producteurs pétroliers africains, le Gabon s’est doté d’un nouveau code des hydrocarbures. Ce dernier est plus attractif et favorable à l’investissement pour ce secteur important.

L’économie marque quelques points

Ce nouveau code minier permet le renouvellement des permis d’exploitation existants. En effet, dans le cadre des conventions d’établissement pour tenir compte des spécificités techniques des zones concernées, le nouveau code prévoit de mener des activités d’exploitation dans une zone convenue. Il envisage également de renégocier les termes contractuels en cas de découverte marginale.

Mieux, ce code offre un dispositif très incitatif en ce qui concerne la fiscalité de droit commun. Il remet à plat le système fiscal en vigueur, avec la suppression de l’impôt sur la société dans la part d’hydrocarbures revenant au contractant. Il prend également en compte son inclusion dans la part revenant à l’Etat dans le cadre du contrat de partage. Ce dernier est relatif à la survivance de l’impôt sur les sociétés dans les conventions d’établissement dont les taux varient entre 47 et 76 %.

Dans le même temps, le nouveau contrat accorde des exonérations sur les plus-values de cession d’intérêts pétroliers découlant d’un contrat d’hydrocarbures durant la première phase d’exploration. Il faut noter aussi l’impôt sur les dividendes, ou revenus des capitaux mobiliers des contractants et leurs maisons mères conformément au droit commun.

En effet, le nouveau code met en exergue sept matières tandis que l’ancien code ne tablait que sur cinq. Avec l’ancien code, on avait l’impression qu’on était dans un laxisme. Sans oublier que le nouveau code prend désormais en compte, la fiscalité sur le gaz naturel, sans oublier les meilleures pratiques en matière de transparence et de bonne gouvernance.

Il faut aussi noter que c’est avec le concours du Fonds monétaire international (FMI) que ledit code a été élaboré. Avec l’aide substantielle de l’université de Houston, reconnue pour son expertise.

Dans le même sillage, on a toutes les parties prenantes de la chaîne de valeurs du secteur pétrolier national. Ce code tient compte aussi et surtout des réalités et des expériences sous régionales et continentales.

Cependant malgré les efforts consentis par Ali Bongo, son pays, gros producteur de pétrole, peine à retrouver ses marques sur le plan économique. Si par rapport à ce dernier domaine, l’actuel président contrairement à son père, a fait un peu bouger les lignes, c’est sur le plan politique que le pays est dans une crise qui perdure.

Omar, homme de paix.

Sous le règne de Omar Bongo, le pays est resté à l’écart des conflits qui troublent une bonne partie du continent. En effet, l’ancien président dirigeait toutefois de façon autoritaire, le Parti démocratique gabonais (PDG), dont il est le leader, étant le seul autorisé.

Mais Omar Bongo a été contraint de faire un virage au début des années 1990, dans le sillage des bouleversements observés un peu partout dans le monde. Mais la tenue d’élections, qui font l’objet de critiques et sont marquées par des irrégularités, n’affecte pas son contrôle sur le pays. C’était un véritable stratège politique, un talent reconnu aussi bien par ses partisans que par ses détracteurs.

Ce qui est loin d’être le cas de son fils

En effet, parvenu au pouvoir en 2009 dans les conditions que l’on sait, Ali Bongo a été réélu en 2016 lors d’un scrutin détestable. Et trois ans après cette élection qui a fait des morts, le pouvoir de Ali Bongo est contesté par une partie des gabonais, opposants et fidèles à la mémoire de “Papa” Bongo.

“On a l’impression” que le pays “est totalement bloqué” et qu’il “navigue à vue. Cette situation, s’est davantage compliquée avec l’accident vasculaire-cérébral du président Ali Bongo (60 ans) fin octobre 2018. Ces contingences en ajoute encore à la discorde politique après la présidentielle de 2016.

Ali Bongo est rentré à Libreville pour un “retour définitif”, le 23 mars dernier. Alors qu’il faisait cinq mois de convalescence à l‘étranger, pendant ce temps, plus précisément en janvier dernier, en pleine convalescence de Ali Bongo au Maroc, une poignée de militaires avait tenté un putsch, prenant possession de la radio nationale, appelant sans succès la population à se soulever. Et la situation est loin de se décanter. On est à quatre ans de la présidentielle de 2023 où les spéculations se multiplient sur le pilotage à vue du pays. Avec cette famille au pouvoir depuis plus d’un demi-siècle, faut-il craindre le pire ?

Comme on le voit, sur le plan économique, les gabonais n’ont pas gardé de bons souvenirs du président Omar Bongo. Celui-ci avait critiqué quelques temps avant sa mort, “le clientélisme, l’affairisme, la corruption qui ont gangréné les pouvoirs publics”.

Mieux, dans les grandes villes du pays et surtout, Libreville, la capitale, les trottoirs éventrés et immeubles décrépis sont légions. Pour la majorité des gabonais qui ont de plus en plus de mal à joindre les deux bouts, la morosité actuelle remonte à l’ère Omar Bongo.

Mais par contre, l’héritage politique de Omar Bongo arrivé au pouvoir en 1967 et qui s’y est maintenu jusqu‘à sa mort, 41 ans plus tard, c’est la paix. Ce n’est pas rien. C’est important.

Par Luc GUIDIBI correspondant en Afrique du Sud

Rejoignez-nous sur Facebook
Nous sommes aussi sur Twitter
Application Android

Disponible sur Google Play

 

Immobilier Bénin

ACTUALITÉS RÉCENTES

ACTUALITÉS RÉCENTES

ACTUALITÉS À LA UNE

ACTUALITÉS À LA UNE

CAN 2019

CAN 2019

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre adresse email ne sera pas publiée.