BÉNIN24 TÉLÉVISION
L'actualité en continu et en temps réel

J’ai gagné mon pari

«Je vote ‘’Fennecs’’», ai-je eu le courage d’écrire jeudi dernier dans cette chronique. Et le lendemain, les ‘’Fennecs’’ ont dompté les ‘’Lions de la Teranga’’. C’était lors de la finale de la 32ème édition de la Can 2019. Pour ce coup d’audace que certains ont qualifié de tous les noms d’oiseaux, nous étions attendus très attendus au carrefour et pour cause !

En annonçant la victoire de l’Algérie sur le Sénégal, nous avions été bien chahutés sur les réseaux sociaux. Ce n’était pas une question de passion et de peau pour nous analystes. Même s’il y a eu des dérives verbales de la part des algériens osant dire qu’ils ne sont pas africains, la réalité du terrain doit prévaloir. On ne supporte pas pour supporter mais il faut voir la réalité en face. Ce qui n’a pas été le cas. Sur toutes les grandes chaines du monde et en Afrique, les auditeurs et téléspectateurs ont plébiscité le Sénégal dans une fourchette de 65 à 75%.

Et nous qui avions dit le contraire, on était attendu, car il y a un an, lors de la coupe du monde 2018 en Russie, notre trio se résumait au Brésil, au Portugal et à la Belgique. Aucun de ses pays n’a remporté le trophée mais c’est la France qui a été championne du monde.

Mais cette année pour la Can Egypte 2019, dès que la Direction de Publication de votre journal nous a fait encore appel, nous avons eu droit aux railleries.

Surtout que cette fois-ci, avions encore répété le même scénario que celui de la coupe du monde : annoncer nos favoris. Ainsi, dès la fin du 2ème match de toutes les équipes, notre constance s’est dégagée : «Au regard des prestations de l’Egypte, de l’Algérie et du Maroc qui ont remporté jusque-là tous leurs matchs, la Can a toutes les chances de rester au Magheb», avions déjà écrit. Notre vista a été renforcée quand à la fin du 1er tour, ces trois équipes citées ont été les seules à avoir eu trois victoires sur trois.

Cependant, dès les 8 èmes de finales, deux de nos favoris étaient piteusement éliminés. Il s’agit du Maroc et de l’Egypte. Ce qui fait que seule, l’Algérie était encore en lice. Et au finish, les ‘’Fennecs’’ ont remporté le graal même si c’est à l’issue d’une finale décevante où l’enjeu a tué le jeu. Mais à qui la faute ? A l’Algérie ou au Sénégal ?

Accuser les ’’Lions de la Teranga’’ ne serait pas exagérer. En effet, le Sénégal devrait éviter d’encaisser ce but très matinal. Mieux, les ‘’Lions’’ sont proprement tombés dans le traquenard des ‘’Fennecs’’ en optant pour un jeu téléphonique et décousu qui sautait la ligne du milieu de terrain. Ce qui faisait le jeu des algériens. Les adversaires de ceux-ci n’ont pas compris qu’il fallait aller à l’école des ‘’Ecureuils’’ béninois, les derniers à battre les ‘’Fennecs’’ d’Algérie en octobre 2018 à Cotonou lors des éliminatoires de cette Can.

Au lieu de faire de la percussion pour défoncer le bloc défensif massif algérien, les ‘’Lions de la Teranga’’ ont préféré balancer le ballon à l’adversaire qui refusait de jouer.

Cette stratégie attentiste et de refus de jeu où les joueurs se contentaient de faire les plots a dénaturé le jeu sénégalais.

Résultat, face à une équipe algérienne subitement devenue trop défensive et cherchant à verrouiller la zone de construction de l’adversaire, le Sénégal n’a pas su trouver la solution. Il va falloir que pour les prochaines fois, les ‘’Lions de la Teranga’’ qui ont déjà callé en finale deux fois, en tiennent compte.

Rejoignez-nous sur Facebook
Nous sommes aussi sur Twitter
Application Android

Disponible sur Google Play

 

Immobilier Bénin

ACTUALITÉS RÉCENTES

ACTUALITÉS RÉCENTES

ACTUALITÉS À LA UNE

ACTUALITÉS À LA UNE

CAN 2019

CAN 2019

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre adresse email ne sera pas publiée.