BÉNIN24 TÉLÉVISION
L'actualité en continu et en temps réel

Je veux être casé…

Si les promus de la Haac par le chef de l’Etat sont dans une certaine mesure dans le politiquement correct, en ce qui concerne le CES, on observe un phénomène comme dans la vie secrète des bulles.

Ici, dans cette institution qui a failli avoir un enterrement de première classe avec Patrice Talon, lors de la révision de la Constitution, le 4 avril 2017, on a tout vu, on a tout eu.

Le cas de ceux qui ont collaboré avec Boni Yayi et qui ont été promus hier par Patrice Talon est désolent. Traites, uses, mènes … ils ont leur passé de commis de l’Etat sous le Changement-Refondation derrière eux. Désormais, les comptes sont bons pour eux. Ils sont casés. Eugène Dossoumon, le général Oké Soumanou.

Il y a eu aussi la catégorie des ‘’rupturiens’’ qui sont sur le quais depuis trois ans et qui ont eu la bouée de sauvetage pour les loyaux services rendus au ‘’Bénin révélé’’.

Il y a enfin, les vieux briscards recyclés de la période de Kérékou 2. C’est le cas de Nestor Wadagni, ancien directeur de cabinet de Bruno Amoussou quand il était ministre du Plan. Mieux, Nestor Wadagni est le géniteur du ministre des Finances, Romuald Wadagni. Désormais dans la famille Wadagni, «C’est enfant ministre, papa CES».

Avec les nominations au CES, tout s’est passé comme les bulles dans des flûtes, Elles forment un ballet, dansent les unes autour des autres. Avec ce CES qui devait disparaitre de l’univers des institutions de la République, le requiem est total.

Rejoignez-nous sur Facebook
Nous sommes aussi sur Twitter
Application Android

Disponible sur Google Play

 

Immobilier Bénin

ACTUALITÉS RÉCENTES

ACTUALITÉS RÉCENTES

ACTUALITÉS À LA UNE

ACTUALITÉS À LA UNE

CAN 2019

CAN 2019

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre adresse email ne sera pas publiée.