BÉNIN24 TÉLÉVISION
L'actualité en continu et en temps réel

Journalisme d’investigation financé par Konrad-Adenauer-Stiftung : une  vingtaine de professionnels des medias journalistes outillés en Côte d’Ivoire

Venus de cinq pays de l’Afrique de l’ouest, 22 professionnels des médias ont été formés en investigation notamment sur la méthode de l’enquête par hypothèse. Initiée par la Konrad-Adenauer-Stiftung, fondation politique allemande, cette formation riche en partage d’expériences a duré une semaine.

Le bien-fondé de l’investigation n’est plus à démontrer au regard de la nécessité de faire la lumière sur certains faits liés à la gouvernance des pouvoirs publics. Ainsi, la Konrad-Adenauer-Stiftung, fidèle à sa mission de promotion de la démocratie et de la bonne gouvernance a initié une formation sous régionale à l’attention des journalistes, vue l’importance de ce corps dans la promotion de la démocratie et de la bonne gouvernance.

Pour Florian Karner, représentant résident de la Konrad-Adenauer-Stiftung, les journalistes de la sous-région doivent sortir des sentiers battus du journalisme politique pour s’investir dans l’investigation surtout sur les questions économiques.

Car, c’est grâce à ce type de journalisme, précise-t-il, que de grands scandales sur la gestion de la chose publique sont révélés au grand jour. Il estime qu’en tant que 4ème pouvoir, la presse doit jouer le rôle de contrôle de la gestion de l’Etat en vue d’une meilleure information de la population.

Selon Raphaël Lakpé le président de l’Autorité nationale de la presse (ANP) de la Côte qui a ouvert ce séminaire de formation, le journaliste n’est ni un policier, ni un propagandiste, encore moins un communicateur au sens d’agent publicitaire. Le journaliste d’investigation est comme ses autres confrères, un spécialiste de l’information, il est formé pour informer».

Dans son allocution, il a prodigué de sages conseils aux journalistes présents à la formation : «Quand le journaliste va à la collecte ou à la recherche de l’information, il ne viole pas les règles ou les pratiques admises de sa profession. Il est honnête. Il n’utilise pas les méthodes policières. Il respecte ses sources et les protège si besoin en est. Traitant l’information, le journaliste se garde de déformer les faits, il ne les tord pas pour leur faire dire ce qu’ils ne veulent pas dire. Il les vérifie, les équilibre, les enrichit si possible pour mieux les faire comprendre. Il diffuse l’information en l’ayant débarrassée de toute excroissance ou tendancieuse», a-t-il martelé.

Cette formation a permis de renforcer la capacité des journalistes sur la méthode d enquête par hypothèse afin qu’ils approfondissent efficacement les questions économiques.

Le journaliste béninois, Gérard Guédégbé, formateur et consultant pour la fondation organisatrice a assuré avec dextérité la modération de cette formation avec la touche du professeur Aka Bédia, directeur de l’école doctorale des Sciences économiques de l’université Alassane Ouattara de Bouaké qui a planté le décor des communications sur les fondamentaux et les notions de base en économie.

Comment exploiter les statistiques économiques, comment couvrir les questions économiques et comment analyser un fait économique ?

Toutes les thématiques ont été passées au peigne fin pendant une semaine où les participants ont confié avoir été suffisamment aguerris.

«Au delà d’une formation, cette semaine a été une école de la vie. Les formateurs ont été à la hauteur et nous ne pouvons que remercier la fondation Konrad Adenauer de nous avoir offert cette opportunité», s’est exprimée Emeline Péhé, l’une des participantes.

Sélectionnés sur la base de leurs productions, dix meilleurs journalistes entreront dans un autre processus et bénéficieront d’une subvention pour la rédaction d’un article d’investigation sur un sujet.

Par Dorice DJETON (Participante)

 

Immobilier Bénin

ACTUALITÉS RÉCENTES

ACTUALITÉS RÉCENTES

ACTUALITÉS À LA UNE

ACTUALITÉS À LA UNE

CAN 2019

CAN 2019

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre adresse email ne sera pas publiée.