BÉNIN24 TÉLÉVISION
Toute l'actualité en continu et en temps réel

La migraine : des maux de tête qui gênent le quotidien

La survenue régulière et répétitive de maux de tête violents , est un indice qui conduit vers la migraine. Loin d’être anodine, c’est une maladie qui n’est pas un banal mal de tête.

C’est une forme de mal de tête plus intense et plus douloureuse, voire handicapante. Souvent héréditaire, elle se manifeste par des crises de quelques heures à quelques jours.

Douleur intense d’un côté de la tête ou au-dessus d’un œil, intolérance à la lumière, au bruit et aux mouvements obligeant à s’isoler dans une pièce calme et sombre, Nausées ou vomissements, troubles de la vision, impression de froid ou de chaleur constituent les symptômes de la migraine.

En effet, elle peut parfois être précédée troubles de la vision et de sensations étranges telles que l’engourdissement, les picotements. Après une migraine, fatigue et difficultés de concentration sont souvent au rendez-vous.

«Seule l’interrogatoire avec le patient permet de déterminer s’il s’agit bien d’une migraine», explique Georges Houélété, infirmier à Calavi.

Les maux de tête récurrents suffisamment forts pour gêner la vie quotidienne ont de grandes chances d’être des migraines. Viviane Assouvi, la vingtaine et élève en première ressent de violents maux de tête à l’approche de ses menstruations.

«Il s’agit de la migraine qui apparaît trois à quatre jours avant les règles jusqu’à trois à quatre jours après. Ce type de migraine est souvent longue, intense et résistante aux traitements». Il existe souvent un lien entre la période menstruelle (règles) et la survenue des crises, surtout pour les migraines. Ce type de migraine est souvent long, intense et résistante aux traitements.

Quelques facteurs déclencheurs

La migraine est une maladie complexe impliquant des facteurs génétiques et environnementaux. Les facteurs génétiques sont probablement plus importants dans la migraine. Si on retrouve dans une même famille de nombreux migraineux, on considère alors la migraine comme héréditaire. La transmission de la migraine repose très probablement sur plusieurs gènes, ce qui explique les sauts de génération dans certaines familles.

Le patient migraineux a une réactivité au stress accrue. Le stress est souvent identifié comme facteur déclenchant. Les migraines intenses qui se répètent souvent deviennent un facteur de stress. L’anxiété et la dépression sont aussi souvent associées à la migraine.

Le patient migraineux est en effet, plus vulnérable aux troubles anxieux et dépressifs, sachant que lorsque ces troubles sont présents, ils favorisent la survenue des crises. La reconnaissance et la prise en charge thérapeutique de l’anxiété et de la dépression associées à la migraine sont d’autant plus importantes si ces troubles sont associés d’une tendance à la surconsommation d’antalgiques.

Prévenir la migraine…

Il est possible de prévenir la migraine en adoptant des comportements plus sains et en repérant les situations dans lesquelles se déclenchent les crises de migraine, conseille l’infirmier. On peut donc prévenir la migraine, en évitant les aliments associés aux crises liées à l’alcool ou le café.

En mangeant régulièrement, car sauter un repas peut provoquer une chute du taux de sucre dans le sang et déclencher une crise. En se réveillant et se couchant à des heures régulières, car trop dormir peut autant provoquer une migraine qu’un manque de sommeil, en vous relaxant si vos crises sont déclenchées par le stress.

D’autres facteurs entrent aussi en ligne de compte : les changements de temps, les grands bruits, les éclairages trop forts, la télévision, le cinéma ou les vidéos, le shopping, les odeurs fortes et les voyages.

Par Dorice DJETON

 

Immobilier Bénin

ACTUALITÉS RÉCENTES

ACTUALITÉS RÉCENTES

LÉGISLATIVES 2019

LÉGISLATIVES 2019

CAN 2019

CAN 2019

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre adresse email ne sera pas publiée.