BÉNIN24 TÉLÉVISION
Toute l'actualité en continu et en temps réel

Législative de 2019 au Bénin : A quoi serviront les propositions des députés ?

Le Bénin connaît depuis quelques semaines, une crise pré-électorale sans précédent. L’initiative du Chef de l’Etat, Patrice Talon, de mettre à contribution l’Assemblée nationale et les partis politiques pour une sortie de crise a été perçue comme un signe de son engagement sincère à sortir le pays de cette impasse. Mais à l’analyse de certains faits et actes posés par des collaborateurs à lui, on se demande s’il n’a pas envoyé Adrien Houngbédji et ses pairs croquer un os pendant que l’exclusion des forces d’opposition est consommée.

Depuis trois jours la commission que préside Adrien Houngbédji et qui doit proposer des solutions idoines pour une sortie de crise salutaire pour le peuple béninois, est à pied-œuvre. Les différentes chapelles politiques ont envoyé leurs propositions de sortie de crise au cabinet du président de l’Assemblée nationale. Une bonne dynamique s’est donc mise en branle.

Paradoxalement, la Cour constitutionnelle présidée par l’avocat personnelle du Chef de l’Etat et qui est perçu comme l’une des têtes pensantes du régime, a pris une décision qui ne favorise pas le consensus impératif de l’heure.

En proclamant que les autres partis déclarés non conformes par la Cena devraient rester sur la touche pour les prochaines législatives, la Cour a, semble-t-il, manqué d’apporter sa part de pierre à la construction de ce consensus tant exigé par les circonstances actuelles.

Car, cette décision suffisait à elle seule pour déclencher l’irréparable. Outre ce fait, la sortie médiatique du ministre de la justice sur Rfi, n’est pas non plus à inscrire dans cette ligne consensuelle. Il faut ajouter à tout ceci, la conférence de presse de partisans du Chef de l’Etat que cette situation inédite favorise et qui semblent n’en avoir cure.

Le dénominateur à toutes ces personnes, est Patrice Talon, dont ils sont des collaborateurs ou soutiens aveugles et déterminés. Il va s’en dire que son ministre de la justice ne pouvait tenir ses propos sur Rfi sans que le président n’ait au préalable une certaine idée de ce qu’il ira dire. Pareil pour ses militants. Tout ceci pris en considération, amène à s’interroger sur la fin qui est réservée au travail que font Adrien Houngbédji et les autres membres de sa commission.

Surtout que la Cena n’a pas non plus amendé son chronogramme au regard de la situation. Le processus électoral se poursuit comme si de rien n’était alors qu’il devrait être calqué sur l’issue des travaux de la commission et de l’Assemblée nationale.

En somme, tout semble indiquer que le chauffeur clignote à gauche pendant qu’il bifurque sur sa droite. Ainsi donc, l’opposition qui est focalisée sur cette commission se retrouvera prise au piège. Et il sera dès lors trop tard.

 

Immobilier Bénin

ACTUALITÉS RÉCENTES

ACTUALITÉS RÉCENTES

LÉGISLATIVES 2019

LÉGISLATIVES 2019

CAN 2019

CAN 2019

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre adresse email ne sera pas publiée.