BÉNIN24 TÉLÉVISION
L'actualité en continu et en temps réel

L’émissaire américain au Soudan pour favoriser une reprise des négociations entre les deux camps

Un émissaire américain doit rencontrer jeudi le chef du Conseil militaire de transition à Khartoum et des diplomates de la région pour favoriser la reprise de pourparlers entre les généraux soudanais et la contestation, qui réclame toujours un transfert du pouvoir aux civils.

Une campagne de désobéissance civile avait été lancée dimanche pour maintenir la pression sur le pouvoir militaire, après le net durcissement de la répression enclenchée avec la dispersion sanglante le 3 juin du sit-in installé devant le QG de l’armée à Khartoum.

Après trois jours de quasi paralysie dans la capitale, les manifestants ont mis fin mardi à leur campagne et accepté, à la faveur d’une médiation du Premier ministre éthiopien Abiy Ahmed, le principe d’une reprise des pourparlers avec le Conseil militaire au pouvoir depuis la destitution par l’armée, le 11 avril, du président Omar el-Béchir.

Jeudi, des embouteillages se sont de nouveau formés dans le centre-ville de Khartoum, et quelques magasins du célèbre marché d’or de la capitale ont commencé à rouvrir, alors que plus d’habitants et d’employés étaient visibles dans les rues.

Il y avait par ailleurs moins de troupes des redoutées Forces de soutien rapide (RSF) dans les rues, a constaté un correspondant de l’AFP.

Ces dernières sont accusés par les manifestants et groupes de défense des droits humains d’avoir mené la brutale répression depuis le 3 juin.

Tôt jeudi, plusieurs secteurs de la ville ont toutefois subi des coupures d’électricité, et l’accès à internet demeure difficile.

“Aujourd’hui, c’est mon premier jour de travail depuis l’arrêt de la campagne mais je ne suis pas d’humeur à travailler”, a déclaré à l’AFP Souheir Hassan, un fonctionnaire.

“Parce que, sur mon chemin, je suis passé par la zone du sit-in et je me suis rappelé que toutes ces voix qui scandaient des slogans révolutionnaires ont à présent disparu”, a-t-il ajouté.

Depuis la dispersion du sit-in, plus de 100 personnes ont été tuées et plus de 500 blessées, selon un comité de médecins proches de la contestation. Les autorités estiment à 61 le nombre de morts.

Avec AFP

Rejoignez-nous sur Facebook
Nous sommes aussi sur Twitter
Application Android

Disponible sur Google Play

 

Immobilier Bénin

ACTUALITÉS RÉCENTES

ACTUALITÉS RÉCENTES

ACTUALITÉS À LA UNE

ACTUALITÉS À LA UNE

CAN 2019

CAN 2019

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre adresse email ne sera pas publiée.