BÉNIN24 TÉLÉVISION
Toute l'actualité en continu et en temps réel

L’eternisation au pouvoir : Un gros piège pour l’équilibre des nations africaines

“Il faut quitter les choses avant que les choses ne vous quittent.” est une affirmation souvent employée dans des situations et contextes différents !

En politique et plus particulièrement en Afrique, appliquer cette phrase pleine de sens à un acteur politique, entendez, un député, un chef d’Etat ou encore un président d’institution qui s’éternise à son poste, reviendrait à lui demander de mériter le respect de ses concitoyens,d’avoir de la dignité et de garder son honneur .

En effet, il vaut mieux, “Sortir par la grande porte plutôt que par la petite.” Mais en Afrique, ce dicton ne semble pas intéresser les politiques et plusieurs cas illustrent ce constat.

On en veut pour preuves, les mandats de quelques présidents pour ne citer qu’eux, qui durent indéfiniment dans le temps et dans l’espace :

– Robert MUGABE. Ex Président de la République du Zimbabwe de 1987 à 2017(30 ans).

– Idriss DEBY Itno, Président de la République du Tchad de 1990 à nos jours(29ans).

– Paul BIYA. Président du Cameroun de 1982 à nos jours(37 ans).

– Teodoro Obiang Nguema MBASOGO. Président de la Guinée équatoriale depuis 1979(40 ans).

– Abdelaziz BOUTEFLIKA. Président de l’Algérie depuis 1999(20 ans).

Une situation qui ne semble pourtant pas préoccuper le moins du monde . Pourtant des Organisations Internationales,les Organisations de la Société Civile (OSC) et autres, devraient pouvoir tirer sur la sonnette d’alarme, mettre en place un système ou une méthode qui decouragent cette forme de prise en otage des libertés individuelles et collectives, d’opinion et d’expression, ce genre de récidives qui non seulement mettent à mal la démocratie dans un pays, mais qui peuvent également constituer une source de tensions, de révoltes ,de soulèvements tous azimuts, voire de guerres.

Il est donc clair que le pouvoir ne devrait être la chasse gardée de personne. Savoir se retirer à temps,ne pas abuser, en politique notamment nous ferait des vacances, participerait au maintien de la paix et de la stabilité dans nos nations, et constituerait surtout une leçon de responsabilité, de maturité, de dignité, et d’honneur,en bref, une leçon de vie pour les générations futures. Elles, qui constituent la relève de demain et qui,autant que leurs aînés ont le droit de participer à l’édification de leurs pays.

Par Anita MARCOS

ACTUALITÉS RÉCENTES

ACTUALITÉS RÉCENTES

LÉGISLATIVES 2019

LÉGISLATIVES 2019

CAN 2019

CAN 2019

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.