BÉNIN24 TÉLÉVISION
Toute l'actualité en continu et en temps réel

Loi de finances gestion 2019 : Sensibilisation des opérateurs économiques du Zou-Collines

La Direction départementale des impôts (DDI) du Zou et des Collines a organisé le vendredi 8 février 2019 à la mairie de Bohicon, une séance de vulgarisation de la loi des finances gestion 2019 en faveur des opérateurs économiques du Zou.

Vulgariser la nouvelle loi des finances votée par le législateur suite aux réformes de modernisation du secteur des finances. Tel est l’objectif visé par la Direction départementale des impôts (DDI) du Zou et des Collines en rencontrant vendredi dernier les acteurs de la vie économique pour les renseigner sur les mesures fiscales contenues dans cette loi des finances gestion 2019.

A en croire le directeur départementatal des impôtsZou-Collines, Martin Kakakènon, on retient dans cette nouvelle loi, la suppression de l’enregistrement glatisse puisqu’hier l’entrepreneur qui gagne un marché ne payait plus le droit d’enregistrement. Mais, aujourd’hui, il paye 1% sur le montant hors taxe du marché, il en est de même pour la taxe du séjour, a-t-il fait savoir.

De plus, il a été institué une taxe pour le développement du sport, et cette taxe est obligatoire pour les grandes entreprises. C’est-à-dire les entrepreneurs qui ont un chiffre d’affaire supérieur à un milliard vont payer un pour mille de ces chiffres d’affaire pour le développement du sport.

Mais cette taxe est déductible de leur résultat fiscal, explique le directeur des impôts du Zou et des Collines. Précisons que d’autres mesures fiscales régissant des parties comptables au niveau régional ont été expliquées aux participants.

Pour ce faire, Roger Sobabè, inspecteur des impôts et responsable du centre des impôts des petites et moyennes entreprises du Zou et des Collines, montrera que les parties comptables dans la nouvelle loi des finances a connu quelques retouches.

«Nous avons donc attiré l’attention des opérateurs économiques en occurrence leurs comptables sur les implications que cela a désormais sur le fiscal», a laissé entendre M. Sobabè avant d’ajouté que le point sur la taxe professionnelle synthétique (TPS) a été également abordé au cours de la rencontre.

Notons que c’est dans le souci de promouvoir un schéma propice aux affaires, à la promotion des investissements et au respect des principaux standards internationaux que sont intervenues ces réformes, a-t-il dévoilé.

Par Jules Daniel Mahuto (Correspondant/ Zou-Collines)

ACTUALITÉS RÉCENTES

ACTUALITÉS RÉCENTES

LÉGISLATIVES 2019

LÉGISLATIVES 2019

CAN 2019

CAN 2019

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.