BÉNIN24 TÉLÉVISION
L'actualité en continu et en temps réel

Lutte contre l’insécurité au Bénin: Marcel Baglo invite à investir dans les zones frontalières

Marcel Baglo, directeur général de l’Agence béninoise de gestion intégrée des espaces frontaliers (ABeGIEF) était l’invité de l’émission “Ma part de vérité” de la chaine privée d’information Golf TV- FM. «Espaces frontaliers et sécurisation des frontières» était le thème de l’émission hebdomadaire. L’invité a abordé toutes les réformes et les défis à relever dans la lutte contre les menaces terroristes au Bénin.

«Le Bénin, comme bien d’autres pays africains, adoptait encore jusqu’à un passé récent une politique qui concentrait son développement au centre, au détriment des périphéries. Pas d’investissements pour ces zones ; pas d’écoles ; pas de points d’eau, au point où ces populations en viennent à douter de leur citoyenneté béninoise.» Ce sont là, quelques propos du DG ABeGIEF dans l’émission “Ma part de vérité”. Une telle gestion serait pendant longtemps ce qui a favorisé l’expansion des actes terroristes surtout en Afrique de l’Ouest.

Le sentiment de rejet et de frustration que ressentent les populations de ces zones périphériques, a bien entendu nourrit la révolte de celles-ci, ce qui explique sa radicalisation. Ces régions, abandonnées par les États, servent aussitôt de nid aux grands malfaiteurs et trafiquants du fait qu’elles sont pour la plupart enclavées et difficiles d’accès aux forces de l’ordre.

Exposées ainsi aux entrepreneurs de violence, détaille le DG, les populations des espaces frontaliers virent facilement dans les aventures terroristes. Cependant, ce tableau sombre que présentaient les espaces frontaliers en Afrique, a amené l’Union africaine à tirer la sonnette d’alarme.

L’Union africaine a attiré l’attention des États sur le lien fort entre le développement de la grande criminalité et l’abandon des espaces frontaliers. Il faut investir dans la prévention pour lutter contre le terrorisme et l’extrême violent a convié le DG. Il a aussi invité chaque béninois à développer la stratégie d’appartenance à un pays.

L’invité a fait le point des actions menées en matière de gestion des frontières au Bénin dont il est le premier responsable de l’agence en charge.

«Très vite, le Bénin a anticipé sur le phénomène en prenant le taureau par les cornes a dit le DG de l’ABeGIEF. Il a fait savoir aussi que 58 postes de police ont été installés dans les zones frontalières afin de rapprocher la sécurité de ces populations. De son côté, l’ABeGIEF appuyée par le gouvernement et les partenaires étrangers a doté ces localités de 60 modules de classes suivi d’un recrutement massif d’enseignants communautaires afin de promouvoir l’éducation dans ces zones.

Plus important, dans le cadre de la semaine des espaces frontaliers, l’ABeGIEF envisage installer prochainement grâce au concours du chef d’Etat-major des armées, une base militaire dans le secteur du fleuve Niger et du Parc W afin d’assurer la surveillance au niveau de ces localités.

Les frontières béninoises se portent mieux

L’invité de l’émission “Ma part de vérité” de la chaine privée d’information Golf TV-FM a expliqué qu’au regard de ces mesures, être convaincu que les frontières béninoises se portent mieux que bien d’autres frontières de la sous-région. Il a aussi fait savoir qu’il n’y a jamais eu d’actes terroristes au Bénin.

«L’enlèvement des deux otages français n’a été qu’une prise d’otages», a-t-il expliqué.

Face à la menace terroriste de plus en plus accrue, le directeur général de l’ABeGIEF a confié que le Bénin a décidé de renforcer la sécurité au niveau de ses frontières en œuvrant pour l’amélioration des conditions de vie des populations de ces zones à travers l’accroissement des ordres de services sociaux de base, et donner surtout le sentiment d’appartenance à ces populations.

Cet engagement des autorités s’est traduit par la construction des écoles, l’accès à de l’eau potable, l’installation d’unité de transformation de produits bruts, la mise en place de plateformes de coopération entre les communes des pays voisins, et la création d’unités spéciales de police de surveillance des frontières, et de forces militaires dans les zones très dangereuses.

Marcel Baglo n’a pas manqué de féliciter le chef de l’État pour sa décision d’attribuer 2.500.000 actes de naissance à des citoyens béninois. Selon lui, cela contribuera à restaurer le sentiment d’appartenance au sein des populations des zones frontalières, vivant pour la plupart sans acte de naissance.

En effet, les explications du DG de l’ABeGIEF sont venues à point nommé pour renseigner sur les mesures à prendre en cette période de menace des actes de terrorisme dans l’Afrique de l’Ouest.

Par Abdul Wahab ADO

 

Immobilier Bénin

ACTUALITÉS RÉCENTES

ACTUALITÉS RÉCENTES

ACTUALITÉS À LA UNE

ACTUALITÉS À LA UNE

CAN 2019

CAN 2019

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre adresse email ne sera pas publiée.