Technologie financière au Bénin : Les comptes mobiles dépassent les bancaires

L’utilisation de l’argent mobile a connu une croissance exponentielle au cours des 5 dernières années au Bénin. Les comptes d’argent mobile dépassent en nombre les comptes bancaires.

Aacquisitions de smartphones, le débat fait rage au sujet de la rivalité entre les sociétés de téléphonie mobiles et les banques. La plupart des utilisateurs béninois comptent désormais sur les paiements mobiles pour envoyer et recevoir de l’argent sur leur territoire. De plus en plus, ils profitent des nouveaux services pour envoyer et recevoir de l’argent à l’international.

En outre, ils utilisent l’argent mobile pour payer leurs factures, recevoir leurs salaires et payer des biens et des services. Les tendances des transactions Mobiles money dans l’Union économique et monétaire ouest africaine (Uemoa) publiées par le département de recherche de la banque panafricaine Ecobank en 2018, montrent la montée en force du Mobile money comme produit financier. Une tendance à la hausse depuis 2013 pour tous les types de transactions étudiées.

Selon le rapport ‘’World developpement indicators 2017’’ de la Banque mondiale, un compte bancaire traditionnel peut être inaccessible pour la plupart des africains, mais le téléphone a permis à des millions de personnes d’accéder aux services mobile.

Depuis les paiements mobiles, les clients ont désormais accès à la banque mobile et à d’autres services en ouvrant des comptes d’épargne, en contractant des prêts, en contractant des assurances et en investissant dans des titres d’État ou sur les marchés boursiers avec quelques touches de leur téléphone portable.

Les accords entre le gouvernement et les opérateurs GSM permettent aux services mobiles money de couvrir un nombre encore plus grand dans le pays. Il s’agit entre autres de : l’octroie par mobile money des subventions aux bénéfi ciaires du Pej (Projet emploi des jeunes) et de l’accord par mobile money des micros crédits.

Lors du Forum ouest-africain de la finance digitale, Barkatou Sabi Boun Adamou, représentante du ministre béninois de l’Economie numérique et de la communication avait souligné que la finance digitale a permis aux agents africains d’avoir des flux économiques autres que du troc ou de l’argent liquide.

Selon elle, le développement exponentiel du secteur de la Finance digitale peut contribuer à résoudre le très grand problème de la non-bancarisation des populations. En effet, la technologie financière, aussi dénommée ‘’fi ntech’’, est une nouvelle industrie financière qui déploie la technologie pour améliorer les activités financières.

Le Bénin est toujours plus prédisposé à tirer profit de l’innovation technologique en facilitant l’accès aux services financiers à travers le numérique. Dans ce pays, la question de la contribution de la fintech dans la mobilisation de l‘épargne et autres transactions financières devient de plus en plus, une réalité qui mérite l’attention particulière des dirigeants.

Car, certains facteurs limitatifs tels que le taux d’alphabétisation encore élevé, l’accès réduit à une connexion internet, la forte proportion de comptes mobile money inactifs et la prédominance de transactions basiques (dépôts/retraits) effectuées montrent qu’il reste des obstacles importants à surmonter. Sans compter que certaines banques ellesmêmes développent des solutions électroniques.

Avec l’économiste Bénin

ACTUALITÉS RÉCENTES

ACTUALITÉS RÉCENTES

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

La modération des commentaires est activée. Votre commentaire apparaîtra une fois approuvé

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.