BÉNIN24 TÉLÉVISION
L'actualité en continu et en temps réel

Tentative de décrispation de la pensante crise politique nationale : l’UDBN et DUD ont le Certificat de conformité mais…

Dans le prolongement du simulacre de dialogue dite «politique» que le régime de la rupture a voulu faire passer dans l’opinion publique nationale et internationale, en convoquant le lundi 15 juillet 2019 certains partis politiques pour leur intimer des directives, quelques-uns des «partis soumis» ont récemment reçu le Certificat illégal dit de conformité à la Charte des partis politiques. Pure insertion de Joseph Djogbénou dans le dispositif juridique devant conduire aux dernières élections législatives, tout porte à croire qu’il ne va pas uniquement servir à «exclure des partis politiques des élections m» mais à les faire disparaitre purement et simplement. Analyse des faits.

«Aucun dialogue crédible n’est possible sans les quatre partis d’opposition», martèle-t-on d’ores et déjà dans la hiérarchie administrative du parti Union sociale libérale (USL). Pour le dire plus clairement, on pourrait affirmer que «la crise politique née des dernières élections législatives reste entière sans la prise en compte des partis politiques véritablement victimes des manœuvres politiciennes d’exclusion orchestrées par le pouvoir Exécutif du président Talon et les institutions complices», clarifie un responsable des partis politiques qui se considèrent comme de la «vraie opposition».

En effet, lors de la réunion du 15 juillet dernier en présence du Chef de l’Etat à la présidence de la République, tout le monde a pu définitivement se convaincre de ce que la crise que traverse le pays est le résultat d’une «planification longtemps entretenue par le président de la République», accuse-t-on dans les rangs de l’opposition.

Pour se justifier, l’on se réfère à l’attitude de ce dernier qui a pris le soin d’intimer au ministre de l’intérieur Sacca Lafia, l’ordre de recevoir «les partis politiques en souffrance de légalité» pour leur attribuer le Certificat de conformité en question. Déjà un vrai scandale quand on sait que la loi ne fait aucunement mention d’un tel acte administratif d’une part, mais aussi et surtout, le canal législatif de formalisation des partis politique en République du Bénin ne renvoie aucunement à l’implication directe du Chef de l’Etat en personne.

Pour faire court, il faut observer que celui qui tire donc les ficelles est bel et bien au-dessus du ministère de l’intérieur habilité à régler ce genre de question au regard des lois en vigueur.

Revenant aux conclusions de la rencontre décisive avec Sacca Lafia, où l’autorité s’est contentée de dresser le profil de la composition des membres de bureaux et autres militants des partis politiques en question, l’opinion publique nationale a découvert un autre stratagème en projet. Et c’est peu dire quand on sait que le temps a permis de faire la lumière sur la vraie opposition.

En vérité, «Le pouvoir a toujours voulu créer son opposition et la délivrance du certificat à DUD et UDBN s’inscrit dans cette stratégie», déclare un membre influent de l’USL dans une publication rapportée par certains médias locaux. Il précise par exemple que : «le DUD n’a jamais été prise au sérieux par la vraie opposition composée de USL, FCBE, PCB et RE» se basant sur les actes dont les leaders se sont rendus coupables au cours de la 7ième législature au parlement.

Pourquoi le problème reste entier ?

Chaque citoyen béninois, simple observateur de la tournure prise par les récents évènements, est suffisamment conscient des actes à poser pour que la paix durable revienne. S’il faut uniquement s’attarder sur les victimes de tous ordres des diverses manifestations d’humeur, les pouvoirs publiques savent que c’est foncièrement dans les rangs des militants et responsables de certaines formations politiques qu’on dénombre le grand nombre.

Ce n’est donc pas en délivrant le Certificat de conformité aux «partis-entreprises» comme les autres les qualifient, qu’on pose les jalons pour un dialogue politique véritable, sincère et digne de lever toutes sortes d’entraves à l’inquiétude populaire. Il y a donc du chemin à parcourir pour atteindre le dialogue inclusif et la paix au Bénin. En fait, quand toutes les parties sont sincères et sérieuses, il y aura dialogue pour ouvrir le chemin à la paix.

Par Manfoya OKRY

Rejoignez-nous sur Facebook
Nous sommes aussi sur Twitter
Application Android

Disponible sur Google Play

 

Immobilier Bénin

ACTUALITÉS RÉCENTES

ACTUALITÉS RÉCENTES

ACTUALITÉS À LA UNE

ACTUALITÉS À LA UNE

CAN 2019

CAN 2019

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre adresse email ne sera pas publiée.