BÉNIN24 TÉLÉVISION
L'actualité en continu et en temps réel

Violence à Tchaourou: Opposition aux arrestations dites arbitraires au Bénin

Selon la première autorité de la ville de Tchaourou, le calme est revenu dans l’après-midi d’hier après les soulèvements survenus dans la matinée de ce lundi 10 juin 2019 dans cette commune du département du Borgou. C’est du moins ce qu’a confié le maire de Tchaourou, Sounon Bouko, joint par la radio Océan Fm.

A en croire le maire Sounon, la voie inter-Etats Dassa-Parakou qui avait été barricadée par une partie de la population pour protester contre l’interpellation d’un des leurs présumé manifestant lors des soulèvements pendant la période électorale des législatives.

La situation serait sous contrôle grâce à l’intervention de la coalition police républicaine et militaires, les barrières érigées par les manifestants ont été levées et la circulation a été rétablie.

«La situation est revenue à la normale. Les taxis circulent maintenant dans les deux sens. L’arrivée des militaires a permis de dégager la voie. Les gens circulent maintenant sur la voie inter-Etats», a-t-il fait remarquer.

Retour sur les scènes et la colère de la population

Tôt, hier matin, une frange de la population de Tchaourou a pris d’assaut la voie principale en brulant des pneus. Ainsi la circulation a été bloquée avec un long fil de camions gros porteurs et bus dans les deux sens. Des jets de pierres et de gaz lacrymogènes entre les résistants et les forces de l’ordre. En effet, en ce lundi de la Pentecôte, les populations de Tchaourou ont souffert le calvaire.

Pendant que leur champion, le président Boni Yayi est en résidence surveillée, son fief a connu des heures difficiles. Selon les regroupements, la police républicaine est allée procéder à l’arrestation aux environ 3h du matin des supposés activistes des troubles électoraux du 28 avril dernier.

Ce qui n’a pas été du goût des habitants de cette contrée du Borgou. Au réveil, la population alertée exige la libération de leurs frères. La police résiste et tire en l’air pour essayer de contenir les manifestants.

Pour eux, la loi de notre Constitution interdit aux forces de l’ordre d’appréhender un citoyen avant 6h du matin chez lui. Ce qui fait dire à certain que c’est encore une manœuvre mafieuse d’intimidation et de violation des textes de la République.

 

Immobilier Bénin

ACTUALITÉS RÉCENTES

ACTUALITÉS RÉCENTES

ACTUALITÉS À LA UNE

ACTUALITÉS À LA UNE

CAN 2019

CAN 2019

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre adresse email ne sera pas publiée.